Pourtant connue pour être ultra-sarkozyste, Nadine Morano a récemment critiqué certains choix de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle qui a précédé sa défaite face à François Hollande.

Une faille dans le soutien de Nadine Morano à Nicolas Sarkozy. Deux ans après la défaite de l’ex-président face à François Hollande et à l’aube de son éventuel retour en politique, l’ancienne ministre a décidé de dire ce qu’elle pensait. Pourtant membre des Amis de Nicolas Sarkozy et connue comme étant l’un de ses plus fidèles lieutenants, l’eurodéputée UMP a en effet récemment confié au Mondeque, selon elle, le champion de la droite avait commis plusieurs erreurs pendant sa dernière campagne présidentielle.

A lire aussi :Comment Morano défend le champion Sarkozy

"Il ne peut pas s’entourer que d’énarques ou d'héritiers"Aux yeux de Nadine Morano, Nicolas Sarkozy aurait dû mieux choisir ceux qu’il avait alors placés au plus près de lui. "C’est à lui de choisir les bons. Il ne peut pas s’entourer que d’énarques ou d’héritiers", a-t-elle regretté dans les colonnes du quotidien du soir. Selon elle, il aurait été préférable qu’il mette ses proches à des postes clés plutôt que d’autres aux CV plus reluisants. "Avec cette organisation, nous n’aurions jamais perdu en 2012", a déploré l’ancienne ministre.

A lire aussi :Dati et Morano pourrait gêner les plans de Sarkozy

Publicité
"Jamais Chirac n’aurait fait de telles erreurs"Dans son viseur notamment : Jean-François Copé, l’ex-président de l’UMP contraint de démissionner en juin dernier à cause du scandale de l’affaire Bygmalion. "Qui a mis Jean-François Copé à la présidence du groupe de l’Assemblée en 2007 ?", a-t-elle ensuite interrogé avant de poursuivre : "Ce devait être Christian Estrosi, pas Copé. Et après, il (Nicolas Sarkozy, ndlr) lui a donné le parti". Visiblement remontée, a conclu en enfonçant le clou : "Chirac, lui, plaçais ses proches à des postes clés. Jamais il n’aurait fait de telle erreur".

 

 

 

Vidéo sur le même thème : Morano lâchée par les journalistes qui lui préfèrent Fillon