Invité dans l'émission "Stupéfiants !" sur France 2, le comédien a affirmé qu'il voterait pour Alain Juppé à la primaire de la droite. L'acteur a dévoilé qu'il était en froid avec Nicolas Sarkozy, son ancien ami.

Ami de Jean-Marie Le Pen depuis 50 ans, défenseur de Nadine Morano et de Christine Boutin, soutien de Nicolas Sarkozy en 2007... Alain Delon ne cache pas ses accointances politiques. "J'ai toujours été un homme de droite", a-t-il même déclaré à Léa Salamé dans l'émission "Stupéfiants", diffusée mercredi soir sur France 2.

Lorsque la journaliste lui a demandé vers quel candidat son cœur balançait pour la primaire de la droite, le comédien s'est d'abord agacé qu'autant de candidats se présentent. Il a ensuite indiqué que son choix se porterait sur Alain Juppé, arguant que "Fillon, tout le monde sait qu’il n’est plus là". Léa Salamé s'est intriguée de son manque de soutien envers Nicolas Sarkozy, qui passait pour l'un de ses grands amis.

À lire aussi – Quand Alain Delon se réjouissait de la montée du FN

"Je ne sais même plus si j'existe à ses yeux"

"C’est lui qui m’a quitté, c’est pas moi", a répliqué l'acteur à son interlocutrice. Remonté contre l'ancien président, il a poursuivi avec emphase : "Je ne sais même plus si j’existe à ses yeux, alors qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Que j’aille en rampant le chercher ?"

Publicité
Selon Alain Delon, cette querelle a été causée par la presse. Il affirme que les médias ont trop insisté sur son rapport au Front national, l'un des principaux rivaux de Nicolas Sarkozy. Qualifiant les informations rapportées de "conneries", il a conclu en lançant que "depuis, (il n'a) plus jamais entendu parler de lui".
Publicité