Le commissaire européen, ancien ministre de l’Economie, avait auparavant estimé que les dépenses publiques en faveur des réfugiés allaient relancer l’économie européenne.

"L’Europe n’est pas chrétienne, je ne crois pas aux racines chrétiennes de l’Europe, l’Europe est diverse", a déclaré Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, dimanche sur BFMtv.

L’ancien ministre socialiste de l’Economie était interrogé sur l’élection à la mairie de Londres de Sadiq Khan, d’origine pakistanaise et de confession musulmane.

Un de ses anciens collègues au gouvernement a réagi à cette phrase, en déclarant : "Il est un peu absurde de ne pas vouloir croire à une réalité historique. Cela n'a même aucun sens, sinon l'Europe ne serait pas un tapis d'églises", relate Le Figaro. "En revanche, souligne ce ministre socialiste en charge, l'Europe n'est pas qu'un espace culturel. C'est une construction politique et, dans cette construction, la religion n'a pas sa place."

A lire aussiPierre Moscovici et Anne-Michelle Bastéri : cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas sur eux

Les dépenses en faveur des réfugiés sont bénéfiques pour l'économie

Publicité
A noter que le 3 mai, Pierre Moscovici avait déclaré à la presse régionale, dont Le Dauphiné, que les dépenses en faveur des réfugiés étaient bonnes pour l’économie européenne. "Mais oui, les dépenses publiques en faveur des réfugiés ont un effet de relance sur l'économie européenne, soutient l’ancien ministre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Nous l'avons chiffrée en novembre dernier à 0,2 à 0,3 point sur la croissance de l'Union, voire 0,4 à 0,5 point dans les principaux pays d'accueil comme l'Allemagne."

Vidéo sur le même thème : Migrants : "Les racines chrétiennes de l'Europe sont menacées"

Publicité