Nadine Morano n'est pas satisfaite par le dispositif de reconquête établi par l'équipe de Nicolas Sarkozy qui fait l'impasse sur les "sarkozystes historiques".

"Il sait que je lui porte de l'affection, mais quand je le vois aller chercher des gens qui lui crachent à la figure je ne vois pas l'intérêt" disait, amère, Nadine Morano en août dernier à l’égard de Nicolas Sarkozy.

À en croire Le Canard Enchaîné de ce mercredi 1er octobre, l’eurodéputée a toujours une dent contre l’ex-président qui fait l’impasse sur les sarkozystes historiques pour la composition de son équipe de campagne. Dans le viseur de Nadine Morano entre autres : le jeune porte-parole Gérald Darmanin.

Lire aussi : qui est Nadine Morano ?

"Il faut qu'il se taise, sinon je lui fous la muselière"

Réagissant à la comparaison faite par le jeune député du Nord qui l’assimilait à Patrick Balkany, Nadine Morano a tenu à rappeler à Nicolas Sarkozy son dévouement tout en lui disant tout mal qu’elle pensait de Gérald Darmanin. "Je suis la seule à ne pas être allée me coucher pour attendre ta sortie de garde à vue et faire ensuite tous les plateaux télé. Alors ton chihuahua, il faut qu’il se taise, sinon je lui fous une muselière".

Lire aussi : Quand Nadine Morano menace Nicolas Sarkozy de "faire campagne contre lui"

Plus qu’un changement d’équipe, Nadine Morano regrette la stratégie consistant à ne s’entourer que de jeunes loups. "Le jeunisme, ce n’est pas un programme" a-t-elle fait savoir à Nicolas Sarkozy avant d’ajouter : "Si c’est pour recommencer les mêmes conneries qui t’ont fait perdre en 2012 avec tous les gens qui t’ont planté des coups de couteau dans le dos..".

Publicité
Et l’eurodéputée ne manque d’exemples pour étayer son raisonnement : "ce sont eux, les gens comme Wauquiez, NKM ou encore Pécresse qui t’ont planté en 2012". À ce propos, toujours selon Le Canard Enchaîné, Nadine Morano ne manque pas de mots doux pour qualifier Laurent Wauquiez : "la crevure". Ambiance...

> Vidéo sur le même thème : Nadine Morano : "Je dis à Nicolas Sarkozy : c’est maintenant ou jamais !"