Manuel Valls et Michel Onfray se sont récemment livrés à une passe d'armes. Le dernier allant jusqu'à qualifier l'autre de "crétin". 

C'est une réelle bataille à laquelle se sont livrés Manuel Valls et Michel Onfray. Utilisant à tour de rôle les médias mis à leur disposition, le Premier ministre et le philosophe sont entrés dans un débat auquel, à l'heure actuelle, Michel Onfray a eu le dernier mot : "crétin". En cause : une interview du philosophe dans laquelle il dit préférer "une analyse juste" de droite à "une analyse injuste" de gauche.

Un philosophe de gauche à droite ?

L'origine du débat remonte à une interview du 25 février accordée au Point par Michel Onfray. Dans celle-ci, le philosophe expliquait préférer "une analyse juste d'Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL". Rappelons qu'Alain de Benoist est un essayiste anciennement militant d'extrême droite, quand Bernard-Henry Lévy se réclame de gauche. Si elle était justifiée par la justesse recherchée par Michel Onfray, cette déclaration a surpris Manuel Valls, le philosophe étant proche de la gauche radicale.

Manuel Valls entre en jeu

Ce dimanche, le Premier ministre a accusé Michel Onfray de "perdre les repères". Lors d'un entretien I-Télé/Le Monde/Europe 1, Manuel Valls a affirmé : "quand un philosophe connu (…) explique qu'Alain Benoist (…) au fond vaut mieux que Bernard-Henry Lévy, ça veut dire qu'on perd les repères". Il a ensuite ajouté : "dans ce moment-là, mon rôle, le rôle des formations politiques, c'est de faire en sorte qu'on comprenne quels sont les enjeux".

A lire aussi - Pour Michel Onfray, Valérie Trierweiler n'est pas une "oie blanche"

Michel Onfray réplique

"Manuel Valls, l'ami de BHL, perd les pédales !", a, ce dimanche, réagi le philosophe après les déclarations du Premier ministre. Dans un communiqué, Michel Onfray a tenu à expliquer ses propos parus dans Le Point. "S'il faut une explication de texte à Manuel Valls (…) je disais que, moi qui suis de gauche, je préférais une idée juste, fût-elle de droite, à une idée fausse même si elle est de gauche, surtout si elle est de gauche. Quel philosophe, quel citoyen même, pourrait soutenir le contraire d'ailleurs, sauf à préférer l'erreur et le faux pour des raisons idéologiques ?"

Victoire pour le philosophe

Publicité
Invité ce lundi sur Europe 1 pour répondre aux accusations de Manuel Valls, Michel Onfray a précisé son communiqué de la veille. "Je ne réponds rien du tout parce qu'il n'a rien lu du tout", a-t-il lancé. "J'ai vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin", a lâché le philosophe avant d'expliquer ses propos : "ce n'est pas insultant, c'est familier".

Vidéo sur le même thème - Manuel Valls s'en prend à Michel Onfray