Le député européen s’en est pris ce matin au journal ainsi qu’à ses journalistes qui, selon lui, cherchent à le discréditer.

Toujours en verve, la figure du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, était invité ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC/BFMTV.

Après plusieurs questions autour de la récente attaque terroriste en Tunisie, les élections départementales et la politique européenne, Bourdin en vient à la prétendue amitié de Mélenchon avec le sulfureux Patrick Buisson, ancienne éminence grise de Nicolas Sarkozy.

Une "proximité" entre le membre du Front de Gauche et l’ancien journaliste de Minute exposée plusieurs fois dans la presse mais qui trouve un écho cette semaine avec la sortie hier du livre Le Mauvais Génie, écrit par Vanessa Schneider et Ariane Chemin, toutes deux journalistes au Monde. Dans cette biographie de l’intellectuel d’extrême-droite, les deux journalistes "révèlent" que Buisson aurait conseillé Mélenchon en politique et qu’ils entretiendraient une estime mutuelle.

A lire aussiLivre sur Buisson : des révélations gênantes pour Sarkozy

Le Monde, "ce grand journal de révérence" 

Jean-Luc Mélenchon répond tout d’abord qu’il ne voit pas en quoi cela choque qu’il ait pu avoir des relations avec Buisson, et concède quelques rencontres avec l’intéressé notamment une présence lors de la remise de la légion d’honneur à ce dernier, par pure "courtoisie".

Puis, le tribun de la gauche radicale s’en prend au livre, qu’il admet ne pas avoir lu, en conseillant "aux gens de ne pas l’acheter". "Deux journalistes au Monde écrivent un livre dans lequel il n’y a rien qu’on ne sache déjà (…) Comme il n’y a rien à raconter, on a trouvé une idée : « Mélenchon était conseillé, l’ami de M. Buisson. »", a déclaré l’ancien candidat à la présidentielle.

Publicité
Jean-Luc Mélenchon poursuit de sa vindicte Le Monde, "le grand journal de « révérence » qui [le] pourchasse continuellement." "C’est un mauvais coup qui est fait contre moi (…) L’une des deux (journalistes) me haït, me pourchasse d’un article à l’autre (…) Et puis on crée un petit buzz, ça permet de me salir.", rajoute-t-il.

Enfin, il déclare ne pas avoir de leçons à recevoir "de la part de deux journalistes qui appartiennent à un journal qui fait la promotion non-stop du Front national."

Vidéo sur le même thème : Mélenchon conseillé par Buisson : "Il n'y a pas d'influence" répond son ex-directeur de campagne.