L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur a une opinion bien tranchée sur le rôle d’un ministre et avoue lui-même qu’il n’a pas trop servi à grand-chose au gouvernement.

Serait-ce la période des mea culpa ? Après François Hollande regrettant l’annulation de la TVA "sociale" décidée par Nicolas Sarkozy, c’est au tour de Laurent Wauquiez, député (Les Républicains) de Haute-Loire, de battre sa coulpe.

Dans un article de Paris-Match repéré par Le Lab, le numéro 3 des Républicains évoque son passé ministériel. Pour rappel, Laurent Wauquiez fut secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi de 2008 à 2010, puis ministre des Affaires européennes de 2010 à 2011 et enfin ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de 2011 à 2012.

Laurent Wauquiez a donc une bonne connaissance des arcanes gouvernementales. Mais cela n’aurait servi à rien, selon lui. "Quand tu es ministre, tu ne fais rien. Moi-même, je n’ai pas laissé de trace fulgurante.", juge-t-il amèrement.

"Le degré de désaffection des hommes politiques est hallucinant"

Quitte à faire des aveux, le député se laisse aller à une comparaison, trouvant Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, lui aussi pas à la hauteur. "Macron fait des phrases mais ne change rien. Le degré de désaffection des hommes politiques est hallucinant. Seuls les locaux gardent un socle de confiance", résume celui qui ambitionne de gagner la région Rhône-Alpes-Auvergne en décembre prochain.

A lire aussiEmmanuel Macron, un ministre royaliste ?

Publicité
Dans un entretien au Figaro, le 28 août, Laurent Wauquiez avait déjà fait une déclaration tonitruante en indiquant son envie de ne plus être ministre dans le futur. "Si nous gagnons, ce que j’espère de tout mon cœur, je ne souhaite pas en 2017 entrer au gouvernement ? J’y ai participé, j’en connais les joies et les limites."

Vidéo sur le même thème : Régionales 2015 : Interview de Laurent Wauquiez (Savoie)