Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Le Point, Bruno Le Maire a indiqué (à sa façon) comment l'UMP avait besoin d'un homme à poigne.

Voilà une façon de parler qui diverge avec l’image de gendre idéal dont on peut se faire de Bruno Le Maire. L’ancien ministre de l’Agriculture, connu plus souvent pour tenir des propos mesurés, s’est fendu d’une sortie qui ne lui ressemble guère.

Dans un portrait que lui a consacré Le Point paru ce jeudi, que Le Lab a repéré, le candidat à la présidence de l’UMP a estimé que son parti avait besoin d’un leader qui… en a dans le pantalon dirons-nous.

>> Lire aussi : Bygmalion serait en liquidation judiciaire

"A la tête de l'UMP, il faut quelqu'un qui a des couilles ! " a-t-il indiqué avant de se reprendre "pardonnez-moi cette expression, retirez-là même". Trop tard.

Candidat déclaré à la tête du parti d’opposition, peut-être parlait-il de lui en ces termes. Comme le rappelle Le Lab, ce n’est pas la première fois que Bruno Le Maire évoque le rôle des parties génitales en politique.

Publicité
Au moment de la guerre Copé/Fillon, ce dernier pestait contre le terme "non-aligné" dont il se voyait affublé. "Les non-alignés sont des gens qui n’ont pas de ligne, pour ne pas dire 'des gens qui n’ont pas de couilles'" avait-il alors déclaré sur BFM TV. Classe.

En imagesCe que représente la dette de l'UMP

113.914 synthétiseurs Yamaha modèle PSR-S650

  Avec la somme de 74.5 millions d'euros, on peut en faire des choses. Ramenée à "l'échelle synthétiseur"

Plus de cinq siècles de salaires de Geoffroy Didier

  Avec un salaire de 8500 brut, la somme de la dette abyssale contractée par l'UMP représente environ 515 années de salaires pour Geoffroy Didier (si d'ici cinq siècles la législation concernant les charges patronales ne change pas bien entendu).  

21 meetings de Villepinte

  Selon les tarifs avantageux (ou non) pratiqués par Bygmalion, l'UMP aurait pu organiser 21 meetings comme celui de Villepinte avec la somme de la dette. Sauf que, à plus de trois millions d'euros le meeting, on peut se demander si c'est une affaire...

5730 Rolex Daytona

  C'est l'une des montres que compte Nicolas Sarkozy dans sa collection. Sa valeur est estimée aux alentours de 13.000 euros. Sans ses dérives comptables, l'UMP aurait pu s'en orffrir plusieurs milliers donc.

166 sites Internets (facturés par Bygmalion)

Un site Internet, ça ne coûte en principe pas très cher. Mais celui-là, il doit sûrement avoir quelque chose de spécial qui échappe aux observateurs. En tout, avec la maintenance et l'hébergement, le site des parlementaires de l'UMP a couté 638.000 euros.

Zlatan Ibrahimović

On sait Nicolas Sarkozy fan du PSG... Avec l'argent de la dette, l'UMP pourrait s'offrir l'attaquant vedette de la capitale. Au moment de son arrivée en 2012, le montant total de l'opération avoisinait les 80 millions d'euros. Aujourd'hui, le joueur arrive à l'âge de 33 ans, sa cote a donc baissé depuis 2012. On peut donc estimer qu'avec 74.5 millions...

Plus d'un million d'exemplaires du "Guide d'Audit et d'Expertise Comptable"

   Avec les 74.5 millions d'euros de dettes, l'UMP aurait pu s'offrir 1.619.565 guides spécialisés qui auraient pu être d'une grande utilité. Surtout au moment de la campagne.

Autres diaporamas

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :