Valérie Pécresse a estimé dimanche que le projet de loi porté par Emmanuel Macron était "le petit arrosoir" du gouvernement. Mais l’ancienne ministre n’est pas la seule personnalité politique à utiliser un vocabulaire imagé pour tacler ses adversaires. Retour sur les plus récentes sorties de ce genre.

"Le petit arrosoir" du gouvernement. C’est en ces termes que Valérie Pécresse a évoqué dimanche le projet de loi Macron. Au micro de France Inter, l’ancienne ministre a estimé que le projet porté par celui qui est actuellement aux commandes de Bercy n’était pas à la hauteur des attentes des Français. "Ca n'est pas une vraie loi de retour vers la croissance. C'est une petite loi, une loi dérisoire par rapport à l'ampleur des problèmes du pays. M'expliquer qu'on va ramener la croissance en France avec la loi Macron, c'est comme m'expliquer qu'on va rendre fertile le Sahara avec un arrosoir", a dénoncé la députée des Yvelines.

Arnaud Montebourg et "l’esturgeon en chapka"Lors d’un concours d’éloquence organisé en décembre dernier à la Maison de la Mutualité, Arnaud Montebourg était invité à s’exprimer les thèmes "Bercy pour ce moment" et "Gauche caviar et charisme d’esturgeons". Un exercice dont il a profité pour se moquer du président. François Hollande, cet "esturgeon en chapka", a-t-il lâché sur le ton de l’humour, faisant ainsi référence à l’épisode de la chapka de François Hollande au Kazakhstan.

François Hollande, le "Bidochon" qui "mange des frites"L’animosité entre François Hollande et Nicolas Sarkozy n’est un secret pour personne. Mais la manière dont l’ex-chef d’Etat surnomme son successeur en privé l’était il y a encore quelques semaines. Dans Ca reste entre nous, hein ? sortit en novembre dernier, les journalistes Nathalie Shuck et Frédéric Gershel ont rapporté le contenu des nombreux entretiens qu’ils ont eus avec Nicolas Sarkozy depuis sa défaite en 2012. Et grâce à eux l’on a ainsi appris que ce dernier compare l’actuel locataire de l’Elysée à un "Bidochon" qui "mange des frites".

Mais Français Hollande ne serait pas la seule cible de Nicolas Sarkozy. Toujours selon les auteurs de Ca reste entre nous, hein ?,  en privé celui-ci comparerait Marine Le Pen à un "déménageur" et traiterait François Fillon de "sans-couilles".

Nicolas Sarkozy, le "quinqua amorti"Et alors que Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont en concurrence pour la prochaine course à l’Elysée, tous les deux sembleraient se plaire à s’attaquer au sujet de leur âge. Au président de l’UMP qui avait estimé qu’il était trop vieux pour être candidat, le maire de Bordeaux aurait répondu en le traitant de "quinqua amorti", rapportait Le Parisien l’été dernier.

Publicité
NKM, la "coqueluche sur échasse"Connue pour ne pas avoir la langue dans sa poche, Nadine Morano aurait récemment comparé son ancienne collègue au gouvernement à une "coqueluche sur échasse". Des propos qui seraient à mettre sur le compte du nouvel organigramme de l’UMP. L’eurodéputée n’aurait pas appréciée le poste offert par l’ancien président, estimant que c’était un "déclassement". Aussi, aurait-elle une dent contre ceux qui ont hérité des meilleurs postes au sein du parti, à l’instar de NKM qui a été nommée numéro 2. Et alors que Laurent Wauquiez a, lui, été nommé au poste de numéro 3, l’ancienne ministre l’aurait également traité de "crevure", indiquait le Canard Enchaîné.

A voir sur le même thème : Morano charge la direction transitoire de l'UMP

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité