Alain Juppé arrive en tête du classement des personnalités politiques préférées des Français, selon une étude réalisée par le CSA et dévoilée jeudi par Les Echos et Radio Classique. Découvrez qui lui emboite le pas.

Alain Juppé, 49% (1ere place)

C’est lui, le chouchou des Français. Selon une étude CSA dévoilée jeudi par Les Echos et Radio Classique, Alain Juppé est la personnalité politique préférée des Français avec 49% d’opinions favorables. Le maire de Bordeaux détrône ainsi Manuel Valls. Avec 45% des voix en sa faveur (soit -5 points), le ministre de l’Intérieur n’arrive qu’en deuxième position. Viennent ensuite ex-aequo, Martine Aubry et Nicolas Sarkozy avec chacun 42% d’opinions favorables. A noter : la maire de Lille a perdu 4 points par rapport au mois de février, tandis que l’ancien président en compte deux de moins. Avec 40% des voix en sa faveur, Laurent Fabius est certes, exclu du peloton de tête, mais peut toutefois se vanter d’occuper la quatrième place du classement. Autre élément à souligner dans ce sondage : le positionnement de Ségolène Royal à la neuvième place. Malgré une chute de 2 points, l’ex-candidate à la présidentielle de 2007 totalise en effet 38% d’avis favorables.

Jean-Marc Ayrault au plus basEt si François Hollande enregistre une hausse de deux points, le président peine encore à redorer son blason aux yeux des Français. Seuls 25% des sondés font en effet confiance au locataire de l’Elysée pour affronter les problèmes que rencontre actuellement la France. "Le chef de l'Etat enregistre une hausse de confiance auprès de l'ensemble des actifs, et notamment chez les cadres et les professions libérales (+15 pts) ainsi que chez les employés (+7 pts). Il perd en revanche 4 points de popularité auprès des retraités", a par ailleurs commenté le CSA.

Du côté du Premier ministre, le constat est loin d’être réjouissant. Alors que la rumeur d’un remaniement circule depuis plusieurs jours, seuls 22% des personnes interrogées déclarent faire confiance à Jean-Marc Ayrault. Avec un point en mois, le chef du gouvernement a même atteint « son plus bas niveau dans le baromètre » estime l’institut de sondage.