Delphine Batho et Cécile Duflot ont récemment chacune sorti un livre dans lequel elles disent tout le bien qu’elles pensent de François Hollande et du gouvernement. Deux pavés dans la mare qui pourraient bien ne pas avoir que l’effet escompté.

Discussions privées, sms, etc. Les ex du gouvernement n’ont pas hésité à employer les gros moyens pour donner du poids à leurs ouvrages. Dans Insoumise et Voyage au pays de la désillusion, Delphine Batho et Cécile Duflot se sont attachées à montrer les coulisses du quinquennat, quitte à en dévoiler la face la moins reluisante.  "J’ai voté Hollande, cru en lui, et été déçue", écrit en effet l’ex-ministre du Logement. "A force de vouloir être le président de tous, il n’a su être le président de personne", a même jugé l’écologiste selon qui, le "principal défaut" du président "est de ne pas dire ce qu’il pense". Loin de ne s’en prendre qu’au chef de l’Etat, Cécile Duflot a également égratigné Manuel Valls, un "mec de gauche qui tient des discours de droite". "Des ministres savaient" pour le compte caché de Jérôme Cahuzac, a-t-elle par ailleurs affirmé, se refusant toutefois à dévoiler leurs noms.

A lire aussi - Dans son livre, Cécile Duflot accable le gouvernement

Evincée du gouvernement après avoir critiqué le budget alloué à son ministère, Delphine Batho a elle aussi employé cette même démarche pour régler ses comptes. Dans Insoumise, celle qui était autrefois en charge de l’Ecologie a raconté les conversations qu’elle a eues avec le duo de l’exécutif juste avant son limogeage. Et comme si cela ne suffisait pas, elle a même dévoilé les sms que tous les trois se seraient échangés.  

A lire aussi – Sms à l’appui, Delphine Batho raconte son éviction du gouvernement

Des livres qui écornent l’image du président Hollande…Une initiative qui a porté ses fruits : l’image du président et de son équipe a clairement été écornée. Les pépites contenues dans ces deux livres-bombes ont en effet été reprises un peu partout dans la presse et ce, pendant plusieurs jours. A coup sûr, cela n’a pas aidé la cote de popularité de François Hollande à remonter la pente. Le livre de Valérie Trierweiler en est certainement le meilleur exemple. La sortie de Merci pour ce moment et ses révélations, notamment celle sur les "sans-dents", ont fait chuter la cote du président à 13%, soit moins quatre points, en septembre (baromètre Ipsos pour Le Point).

...mais assurent un petit pactole à leurs auteursMalgré tout, ces livres présentent un avantage incontestable pour leurs auteurs. Ils leur assurent de coquettes, voire très coquettes rentrée d’argent. Grâce à son ouvrage, l’ex-Première dame est même devenue millionnaire. "C’est très bon pour l’édition française. Je me félicite que l’édition française se porte mieux", a commenté Aurélie Filippetti, visiblement amusée par cette situation. Elle aussi sortie du gouvernement, l’ex-ministre n’a certes pas écrit de livre mais ne perd rien de ce que ses anciennes collègues ont publié en librairie.

A lire aussi – Valérie Trierweiler : merci pour ce million

Publicité
Duflot et Batho ont-elle mis la majorité en péril ?Les deux ex-ministres auraient-elles été trop loin ? De "simples" déclarations dans la presse n’auraient-elles pas suffi à témoigner de leur colère sans pour autant mettre à mal l’image de François Hollande et du gouvernement ? "On n'est pas nommé ministre pour faire une carrière littéraire. Personnellement, je considère qu'on ne peut pas critiquer comme cela des personnes qui vous ont fait l'honneur de vous nommer au gouvernement", a déploré Philippe Martin. L’ex-ministre n’apprécie pas du tout cette démarche "irresponsable" qui cache, selon lui, une volonté "de prendre date".  "La politique est devenue exhibitionniste", a-t-il également estimé avant de prévenir : "Si on veut retrouver de la majesté à la République, il ne faut pas l’abîmer". Un avis partagé par Jean-Christophe Cambadélis : "Je trouve que ça fait beaucoup, surtout dans le moment politique que nous traversons, avec une droite de plus en plus thatchérienne et une extrême droite qui est aux portes du pouvoir".

Vidéo sur le même thème : Duflot se défend d'avoir voulu régler ses comptes