Patrick Trémège, conseiller municipal UMP à la mairie de Paris, notamment connu pour ses prises de position contre les logements sociaux, bénéficie de l’un d’entre eux depuis près de 20 ans.

Patrick Trémège, vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris, n’aime pas beaucoup les logements sociaux. Cela ne semble pourtant pas l’empêcher de vivre dans l’un d’entre eux depuis plus de 20 ans, a révélé ce jeudi le magazine Marianne.

Le conseiller municipal occupe en effet depuis 1993 un "sympathique appartement de 90 mètres carrés", selon les propres termes du magazine, avec balconnet et parking, situé à quelques encablures de la Bibliothèque François Mitterrand dans le XIIIème arrondissement de Paris. Avec un loyer de 1650 euros, charges et chauffage compris, le tarif appliqué est bien loin de ce qui peut se trouver dans le locatif privé aux alentours, précise Marianne.

À lire aussi - Paris : polémique autour de ces élus qui occupent un logement social

Fustiger pour mieux en profiter ?

Critique à l’égard de la politique de la Ville en matière de logements sociaux, Patrick Trémège s’est fait remarquer plusieurs fois lors de séance au Conseil de la ville. Comme en 2011 où il avait fustigé le maire de Paris, Bertrand Delanoë. "Votre programme habitat pour mon arrondissement n’est tourné que vers le logement social", avait-il lancé à l'édile, se plaignant par ailleurs que son arrondissement était le second de la capitale à en être le plus doté. "Vous n’aimez pas les classes moyennes et vous le démontrez", avait-t-il alors conclu.

Concernant sa situation personnelle, l’élu ne semble cependant pas voir d’inconvénient à en occuper un. "Mes électeurs ont toujours su où j’habitais, ils m’ont toujours fait confiance", a-t-il expliqué à nos confrères de Marianne.

Publicité
C’est sans compter qu’aux dernières municipales, la candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait affirmé qu’aucun élu UMP ne pourrait bénéficier d’un logement social, une simple "question de décence" selon elle. Sans conséquence sur le conseiller qui "n'entend pas déménager", rapporte Marianne.

À lire aussi - Quand des élus de gauche habitent des logements sociaux parisiens

vidéo sur le même thème - L'État au chevet du logement social