Le député-maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a récemment déposé plusieurs propositions de loi dont certaines visant une profession en particulier.

Patrick Balkany n’a pas dit son dernier mot. Soupçonné de corruption et de blanchiment de fraude fiscale, le député-maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a vu son interdiction de quitter le territoire confirmée cette semaine par la Cour d’appel de Paris. Mais loin de se démonter, l’élu a rapidement repris le dessus. En témoignent les propositions de loi qu’il a déposées mercredi. Ainsi que le rapporte Le Lab d’Europe 1, Patrick Balkany a profité de la dernier de la session extraordinaire du Parlement pour déposer trois propositions de loi visant les journalistes.

A lire aussi – Patrick et Isabelle Balkany : leur train de vie décortiqué par Tracfin

Un règlement de comptes avec les journalistes ? Le député-maire appelle non seulement à la "suppression de l’avantage fiscale dont bénéficient les journalistes dans le calcul de leur impôt sur le revenu" - les journalistes titulaires de la carte de presse peuvent déduire 7650 euros de leur revenu chaque année -, mais aussi "la privatisation de l’audiovisuel public" et la "suppression de l’aide à la presse écrite". Des propositions qui, au regard des antécédents qui ont opposé l’édile aux journalistes, ne passent pas inaperçues et résonnent comme un règlement de comptes.

Publicité
Souvenez-vous, en février 2014, Patrick Balkany s’en était violemment pris à un journaliste de BFM TV et lui avait confisqué sa caméra. Son épouse, Isabelle, avait même dû intervenir pour calmer le jeu. Deux mois plus tard, l’édile faisait même un bras d’honneur à la caméra accompagnant un journaliste du "Petit Journal" de Canal+.

Vidéo sur le même thème : Patrick Balkany pique une colère face à une caméra