Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) aurait eu recours à des enveloppes d’argent liquide dont le montant dépassait largement le plafond légal pour régler plusieurs de ses voyages aux Antilles.

Semaine chargée pour Patrick Balkany : après que les juges ont demandé la levée de son immunité parlementaire, le maire de Levallois-Perret fait l’objet de nouvelles révélations accablantes dans le dernier numéro du Monde. Dans son édition de jeudi, le quotidien du soir rapporte en effet que lui et son épouse, Isabelle, avait l’habitude de régler leurs nombreux voyages aux Antilles en espèces. Jusque-là, rien d’anormal sauf que ces sommes dépassaient largement le plafond autorisé pour les paiements en espèces. Le journal fait état de quelque 87 367 euros ainsi versés en liquide à une agence de voyage Thomas Cook de Levallois entre 2010 et 2013, alors que le montant légal autorisé est de 3 000 euros.

Les versements se faisaient à la mairie sous forme d’enveloppes

Toujours selon le journal, les versements se seraient faits à la mairie de la ville et sous forme d’enveloppes de billets. "Lorsque le prix (du voyage, ndlr) est connu, M. Balkany prépare le règlement et me remet une enveloppe contenant le montant de la facture en espèces", aurait raconté aux policiers la secrétaire du maire de Levallois, en novembre 2013. Une responsable de l’agence avec laquelle Isabelle et Patrick Balkany avaient l’habitude de traiter a par ailleurs confié à la police qu’elle prenait soin "d’inventer un nom et un prénom" qu’elle "entrait directement dans le logiciel de l’agence" et ce, pour justifier les importantes sommes reçues en espèces sans pour autant remonter jusqu’au maire et son épouse.

A lire aussi - Patrick et Isabelle Balkany : ces affaires et scandales qui entourent leur couple

Des voyages en classe affaires

A lire aussi – Patrick et Isabelle Balkany : leur train de vie épluché par Tracfin

Mais alors que les Balkany sont propriétaires d’une villa aux Antilles, à Saint-Martin, ces enveloppes auraient uniquement servi à financer leurs trajets en avion. Fréquents, ils auraient quasiment tous été effectuées en classe affaires, d’où le montant à 5 chiffres.

Publicité
Mis en examen pour "corruption passive", "blanchiment de corruption" et "blanchiment de fraude fiscale", Patrick Balkany pourrait bientôt perdre son immunité parlementaire. Les juges d’instruction ont récemment fait une demande en ce sens.

 Vidéo : Le bras d'honneur de Patrick Balkany à la caméra du Petit Journal