Hier, c'est Laurent Hénart qui est sorti vainqueur du duel qui l'opposait à Rama Yade pour la présidence du parti Radical. De son côté, l'ancienne secrétaire d'État de Nicolas Sarkozy dénonce de "graves irrégularités".

© AFP / Photomontage

Le parti radical jouerait-il un remake de l’élection chaotique de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP en 2012 ? Hier, c’est Laurent Hénart qui a été élu président du parti Radical récoltant 61% des voix. Pendant cette campagne interne qui l’opposait à Rama Yade, le maire de Nancy s’était vu accusé de fraudes par son adversaire. Des soupçons de triche qui avaient également été révélés par Le Canard Enchaîné.

Lire aussi : Soupçons de fraudes pour l’élection du futur président du parti Radical

L’illégitimité de Laurent Hénart

L’ancienne secrétaire de d’Etat de Nicolas Sarkozy, qui avait déjà dénoncé des tricheries, n’accepte pas cette défaite. Dans un communiqué diffusé hier, elle dit constater "l'illégitimité de celui qui vient d'être présenté comme nouveau président du parti radical" et invite également son parti à procéder à  "des vérifications approfondies".

Rama Yade pointe ainsi les "révélations de la presse d'investigation" ainsi que les requêtes qu’elle avait envoyées au parti Radical pendant la campagne. Elle n’a pas manqué de dénoncer le "manque d’exemplarité" de Laurent Hénart et estime que sa victoire est "entachée de graves irrégularités".

"Tourner la page"

Publicité
Cité par Le Lab, le successeur de Jean-Louis Borloo revendique bel et bien sa victoire et a indiqué à nos confrères avoir reçu les félicitations de l'ancien ministre de l'Ecologie. En outre, Laurent Hénart ajoute que sa victoire est nette avec "plus de 1000 voix" d'écart et invite Rama Yade à "tourner la page".

La suite au prochain épisode.

A voir sur ce thème : Incident sur On est pas couché avec Rama Yade

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité