La liste des élus parisiens qui occupent des logements sociaux ne cesse de s’allonger. Après la découverte de deux têtes de liste de Nathalie Kosciusko-Morizet, le site Mediapart a révélé que cinq élus adjoints à Bertrand Delanoë disposent de logements sociaux. Ces élus ne sont cependant pas hors la loi.

Le site Mediapart a révélé que cinq élus adjoints à la mairie de Paris disposent d’un logement social. En début de semaine, deux élus UMP qui vivent également dans des logements sociaux ont été pointés du doigt. Leurs revenus leur permettent pourtant de résider dans un logement privé.

Pourtant la situation de ces élus parisiens "ne relève pas de l'illégalité. Il sont entrés dans ces logements avant l'élection de Bertrand Delanoë en 2001", précise le site Médiapart. En effet, une personne vivant seule peut obtenir un logement social si ses revenus annuels ne dépassent pas les 41 000 euro. Cette somme s’élève à 100 000 euros lorsqu’il y a des personnes à charge. 

En 2011, on comptait 387 000 demandeurs de logements sociaux en Ile-de-France. Seulement 20% d’entre eux en ont obtenu un. Le prix du logement explose dans la capitale. Le nombre des demandeurs de logement social en 2013 également : il avoisine les 500 000 demandeurs.

Des élus UMP...

Deux têtes de liste de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, possèdent un logement social. Il s’agit de Jean-Jacques Giannesini, qui bénéficie d'un 80 m² dans le 19e arrondissement pour 1 200 euros par mois. Il a promis qu'il le quitterait.

Jacques-Yves Bohbot, chef de file de NKM dans le 11e arrondissement, profite pour sa part d'un 88 m² dans le 4e arrondissement de la capitale pour 1 500 euros par mois, charges comprises. Il a promis que le bail irait à son épouse et à ses quatre enfants.

...mais également socialistes

Bien qu’ils gagnent une indemnité de conseiller d’environ 5 500 euros nets par mois, cinq adjoints PS de la mairie de Paris possèdent eux aussi des logements sociaux. Parmi eux, Claudine Bouygues , adjointe PS aux droits humains et à l'intégration, qui paye 696 euros, charges comprises, pour un 56 m² dans le 17e arrondissement, un logement qu'elle occupe depuis 1989.

Jean Vuillermoz , adjoint PC chargé du sport, qui paye 300 euros (hors charges) pour 53 m² dans le 20e arrondissement. Un logement obtenu "par la ville" suite à un divorce, a-t-il expliqué à Mediapart. 

Liliane Capelle (adjointe PS aux seniors), Pierre Mansat (adjoint groupe PC chargé de Paris métropole) et  Didier Guillot (adjoint PS à la vie étudiante) font également partie de la liste.

D’autres élus profitent également de logements sociaux. Le député Jean-Pierre Chevènement possède ainsi un 120 m² dans le 5e arrondissement pour seulement 1 271 euros par mois. Ce dernier refuse de le quitter.

De son côté, Delphine Batho bénéficiait elle aussi d'un logement social lorsqu'elle était parlementaire. L’ancienne ministre l'a quitté lorsqu’elle est entrée au gouvernement.

Les deux candidates à la mairie de Paris souhaitent plus de transparence

Bertrand Delanoë, l’actuel maire de Paris, s’est exprimé dans un communiqué : "j’appelle les élus et autres locataires du parc social à faire preuve de responsabilité dès que, leur situation matérielle s’étant améliorée, elle ne justifie plus l’occupation d’un logement social dans la crise que nous traversons".

Publicité
Les deux candidates à la mairie de Paris ont, quant à elles, promis plus de transparence en cas d’élection. Nathalie Kosciusko-Morizet interdira aux conseillers d’avoir un logement social. Anne Hidalgo, qui parlait dans un premier temps d’une "commission indépendante" chargée de statuer sur le cas de bénéficiaires avant leurs élections, demande également qu’aucun conseiller de Paris ne soit locataire d’un logement social.

La candidate socialiste a posté ce jeudi un message sur Twitter : "je souhaite qu’aucun conseiller de Paris ne soit locataire d’un logement attribué par la Ville ou un de ses bailleurs".

En vidéo sur le même thème :