Le nouveau scandale d’évasion fiscale qui touche plusieurs personnalités françaises n’est pas pour déplaire au président de la République. Découvrez pourquoi il se frotte les mains. 

Lundi une centaine de rédactions des quatre coins de la planète, dont Le Monde et France 2, dévoilait un système d’évasion fiscale de grande ampleur. Appelée « Panama papers », l’affaire concerne une importante liste de personnalités. En France, des responsables politiques et même un "grand parti national" seraient impliqués, selon les informations du quotidien du soir. Des révélations qui ont provoqué de nombreuses réactions.

A lire aussi –Evasion fiscale : qui sont les Français impliqués dans le "Panama papers"?

Publicité
"C’est une bonne nouvelle", s’est félicité François Hollande"Toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux", a ainsi promis François Hollande dès lundi. Le président s’engageant même à ce que des "procédures judiciaires" soient engagées. "Toutes les enquêtes seront diligentées, toutes les procédures seront instruites et les procès éventuellement auront lieu", a-t-il martelé. Une détermination qui serait étroitement liée à l’intérêt que le chef de l’Etat trouverait en ces différentes procédures. "C’est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces informations car cela nous fera de nouvelles entrées fiscales", s’est-il en effet réjoui. François Hollande a ensuite souligné que "rien que pour 2015, 20 milliards d’euros ont été notifiés à ceux qui avaient fraudé". Et que sur cette somme, l’Etat "avait déjà pris 12 milliards".

En vidéo - "Panama Papers" : un scandale mondial d’évasion fiscale révélé