Au micro de France Inter et alors qu’il évoquait les migrants de Calais, le ministre de l’Intérieur s’est quelque peu emmêlé les pinceaux. Découvrez ce qu’il a dit. 

Il arrive parfois que, lors d’une prise de parole publique, les membres du gouvernement aient la langue qui fourche ou bien s’emmêlent les pinceaux dans ce qu’ils voulaient dire. Bernard Cazeneuve en est le dernier exemple. La semaine dernière, au lendemain de l’annonce du démantèlement de la zone sud de la "Jungle" de Calais, le ministre de l’Intérieur a en effet confondu deux verbes, créant un certain malaise autour de ses propos.

A lire aussi – Les meilleurs lapsus des politiques

Alors qu’il voulait s’engager à ce que les migrants déloger soient progressivement reloger dans des centres d’accueil, Bernard Cazeneuve a déclaré : "Nous ouvrirons dans les centres d’accueil et d’orientation autant de places qu’il sera nécessaire. Il n’a jamais été question de procéder à l’évacuation brutale de la zone sud de Calais en décimant les migrants partout sur le territoire nord de notre pays". Vous l’avez compris, le ministre a prononcé "décimer" au lieu de "disséminer".

Les autres lapsus de Bernard CazeneuveCe n’est pas la première fois que Bernard Cazeneuve commet un tel lapsus. Souvenez-vous, en juillet 2014, le ministre était revenu les heurts survenus à proximité de la synagogue située rue de la Roquette quelques jours plus tôt à Paris, en évoquant la "rue des roquettes". Une image pour le moins inappropriée à l'heure où les tensions autour du conflit israélo-palestinien se cristallisaient en France et où l'offensive de Tsahal s'intensifiait à Gaza.

Publicité
Quelques mois plus tôt sur iTélé, Bernard Cazeneuve avait également parlé de Julie Gayet comme étant "la compagne" de François Hollande, avant de rapidement se rattraper : "D’abord, elle n’est pas sa compagne. Moi je n’ai rien à confirmer sur ce sujet-là, je n’ai rien à dire".

En vidéo sur le même thème - Le lapsus de Claude Bartolone à l'Assemblée nationale