La présidente (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a chiffré le coût des débordements survenus ce week-end en marge des manifestations contre la loi Travail.

Combien coûteront les réparations suite aux dégradations commises ce week-end par des manifestants opposés à la loi Travail ?  "La facture pour l'Île-de-France aujourd'hui, c'est 500 000 euros de travaux de réfection dans les lycées", a indiqué dimanche la présidente (LR) de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, lors de l’émission C Politique sur France 5.

A lire aussi Loi El Khomri : quels sont les points de blocage ?

Elle a ensuite ajouté que la région porterait "plainte systématiquement" contre les dégradations et les violences qui émaillent les manifestations contre le projet de loi du ministre du Travail, Myriam El Khomri, portant sur la réforme du Code du travail.

"Je demande qu’il y ait une condamnation ferme"

Valérie Pécresse a également pointé du doigt l’attitude du gouvernement quant à ces débordements. "Moi je demande qu'il y ait une condamnation ferme, définitive, sans ambiguïté de cette violence" or "j'entends très peu de membres du gouvernement, très peu de responsables de la majorité", a-t-elle déploré. Avant d’avancer une explication : "Ils ont peur d’un mouvement qui est né de l’insatisfaction d’une partie de la gauche face aux mensonges de François Hollande, à ses virevoltes politiques successives, et à son absence de résultats."

Publicité
De son côté, la mairie de Paris a indiqué via son service de presse qu’elle demanderait un simple "constat d’huissier" à propos de ces dégradations sur la place de la République, à Paris. En revanche, elle a qualifié d'"inacceptables" les actions commises par "un petit groupe de casseurs" qui a attaqué un commissariat du XIe arrondissement dans la nuit de samedi à dimanche.

Vidéo sur le même thème : Loi travail: des manifestations émaillées de violences