La ministre de l’Ecologie et la maire de Paris ont trouvé un nouveau terrain sur lequel elles peuvent s’affronter : le dossier Air France. Découvrez ce qui s’est passé.

Leurs relations sont tendues et aucune ne manque jamais une occasion de tacler l’autre, publiquement de préférence. Aussi, mercredi matin sur BFM TV, Ségolène Royal a profité de son passage à la télévision pour répondre aux attaques formulées quelques minutes plus tôt par Anne Hidalgo au micro de RTL. La maire de Paris y avait dénoncé l’arrestation de plusieurs syndicalistes après la manifestation qui a dégénéré au siège d’Air France la semaine dernière. "Ca m’a choquée de voir des policiers débarquer à 6 heures du matin pour arrêter des syndicalistes", avait raillé l’édile.

"Cela ne sert à rien de jeter de l’huile sur le feu"Une salve adressée au gouvernement mais à laquelle Ségolène Royal a tenu à répondre. En effet, quelques minutes plus tard seulement, la ministre de l’Ecologie prenait à son tour la parole face à Jean-Jacques Bourdin. "Je n’ai pas à commenter cela. Cela ne sert à rien de jeter de l’huile sur le feu", a ainsi fait valoir l’ex-candidate à l’élection présidentielle. Et celle-ci d’ajouter : "les commentaires schématiques de la part de personnes qui ne se sont pas impliquées dans ce conflit". Une manière de rappeler à sa meilleure ennemie quelles sont ses prérogatives.

Publicité
Récemment, les deux femmes se sont également écharpées sur la mise en place de la circulation  alternée à Paris en période de pollution accrue. Un véritable bras de fer s’était même engagé sur Twitter par messages interposés. Quelques mois plus tôt, Anne Hidalgo et Ségolène Royal s’affrontaient par ailleurs sur l’interdiction des feux de cheminée. Une mesure soutenue par Anne Hidalgo et que la ministre avait alors jugée "un peu ridicule".

Vidéo sur le même thème - Anne Hidalgo demande la circulation alternée