Le Premier ministre a sommé dimanche les Verts de "sortir de l’ambiguïté" concernant leur position par rapport aux opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Cet appel de Jean-Marc Ayrault fait notamment suite au soutien que leur a apporté Cécile Duflot, la ministre écologiste. 

©AFP

Malmené la semaine dernière par des rumeurs de remaniement, Jean-Marc Ayrault a également dû faire face à un weekend mouvementé. Le projet d’aéroport qu’il soutient à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Altantique) est loin de faire l’unanimité chez les Verts et ces derniers le lui ont fait savoir. Certains d'entre eux ont même participé à la manifestation organisée samedi à Nantes. Et alors que plusieurs débordements ont été enregistrés en marge de ce rassemblement d’opposants et que Cécile Duflot, la ministre écologiste du Logement, leur a clairement apporté son soutien, le chef du gouvernement a vu rouge. Dimanche, il a en en effet réaffirmé  dans les colonnes de Presse Océan que les violences de la veille "étaient inacceptables dans un Etat de droit". Selon lui, "tous ceux qui exercent des responsabilités publiques doivent condamner les squatteurs de la Zad (ndlr : zone d’aménagement différé dédiée à l’aéroport)". Et Jean-Marc Ayrault de préciser : "EELV doit sortir de l’ambiguïté".

L’opposition monte au créneauA droite, les réactions n'ont pas non plus tardé à arriver. "Ce qui me choque, ce n’est pas qu’elle reste au gouvernement" mais "qu’un président de la République et un Premier ministre laissent faire ça", a commenté dès samedi sur RCJ le député UMP Benoist Apparu. De son côté, Marine Le Pen, la présidente du Front National en a déduit que Cécile Duflot "soutient aussi les casseurs si elle ne les condamne pas".

Malgré leurs récents désaccords, Arnaud Montebourg, leministre du Redressement productif, a tenu à se montrer solidaire avec sa collègue en charge du Logement. "Je ne pense pas qu’elle aurait dit la même chose si elle avait vécu ce qui s’est passé, on peut lui prêter quand même cette intelligence-là, cette délicatesse-là quand même", a-t-il soufflé au micro du Grand Jury. EELV "a toujours dénoncé les actes de violences" a par ailleurs assuré Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale du parti.

Publicité
Que va faire Cécile Duflot ?Et alors que la semaine dernière Cécile Duflot et Jean-Marc Ayrault postaient sur Twitter un selfie (ndlr : autoportrait numérique) d’eux deux tout sourire sur Twitter, l’ambiance est désormais nettement plus tendue entre eux. Il n’y aura sans doute pas d’autres clichés de ce genre tant que la ministre n’aura pas répondu aux sommations du chef du gouvernement. Et pour l’instant, celle-ci n'a toujours pas annoncé ses intentions.

Vidéo -  Notre-Dame-des-Landes : ce que préconise Brice Hortefeux