Nathalie Kosciusko-Morizet est arrivée en tête des primaires à l’UMP avec 58,6 % des voix. Elle est donc en route pour la course à la mairie de Paris, et se retrouvera face à Anne Hidalgo en 2014.

C’est officiel et cette fois-ci personne ne le démentira : Nathalie Kosciusko-Morizet a gagné lundi soir les primaires UMP avec 58,6 % des voix. Ce sera donc elle qui affrontera Anne Hidalgo lors des municipales de 2014 pour la mairie de Paris. Selon Antoine Rufenacht, le président du Conseil supérieur de la primaire, plus de 20 000 fidèles de l’UMP ont voté. Un vote quelque peu mouvementé, qui laisse à certains un arrière goût de tricherie, de fraude et de suspicions. Pierre-Yves Bournazel, le benjamin de la compétition et candidat malheureux, a bien failli faire de cette élection un remake du duel Copé-Fillon. Certains électeurs n’ont apparemment pas pu s’inscrire, tandis que d’autres ont à l’inverse été inscrits sans leur consentement.

"Cette primaire c'est la conquête de la liberté"Les couacs ont été admis et la situation  s’est finalement apaisée. "Nous apprenons effectivement la démocratie, c’est assez nouveau" a déclaré dimanche Jean-François Copé. De son côté, Antoine Rufenacht a assuré que "contrairement au scrutin classique, le scrutin électronique garantit une traçabilité via l'adresse IP et la carte bancaire". Nathalie Kosciusko-Morizet a donc remporté cette élection interne à la droite et affrontera Anne Hidalgo en 2014. Objectif de la candidate UMP aujourd’hui : gagner. "Cette primaire, mes chers amis, c'est la conquête de la liberté, de notre liberté" a déclaré NKM, les yeux embués lors de son discours de victoire.

Publicité
Des adversaires qui se rangent derrière NKMMême les virulents adversaires de Nathalie Kosciusko-Morizet se sont rangés derrière elle. En râlant pour certains, mais en ayant tous la même conviction : il faut désormais se rassembler. C’est désormais le mot d’ordre de l’UMP. Jean-François Legaret qui a obtenu 20,40% des voix a déclaré que le résultat était "tranché" et qu’il fallait dès maintenant "être rassemblés." Pierre-Yves Bournazel,  le benjamin de la compétition, a lui obtenu 10,75% des voix. Il a perdu, mais lui aussi, plus ou moins bon compétiteur a déclaré : "c'est ensemble qu'on tirera les couleurs de l'alternance à Paris." Enfin, Franck Margain le vice-président du Parti chrétien-démocrate a terminé sa course avec 10,34% des voix.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :