NKM serait sur le point d’être évincée de l’état-major des Républicains. En cause : sa liberté de parole. Avant elle, d’autres personnalités politiques ont également agacé leur chef pour la même raison. Souvenez-vous…

©AFP

Nathalie Kosciusko-Morizet

Au micro d’Europe 1 ce mardi matin, NKM a réagi aux informations de France Info selon lesquelles Nicolas Sarkozy voudrait la démettre de ses fonctions de numéro 2 du parti. En cause, selon la radio : sa "liberté de parole" qui aurait "agacé" le patron des Républicains.

A lire aussi – Remaniement : Sarkozy veut faire le ménage chez Les Républicains !

Publicité
"Je fais mon travail dans les conditions prévues, qui sont celles de la loyauté et de la liberté de parole. C'est ma façon à moi d'aller vers les Français. Je vois dans la presse que ma liberté de parole poserait problème. Je n'ose pas le croire. Quand je vois tous ces messieurs qui, dans le cadre de la primaire, font la démonstration de leur différences… je n'imagine pas que ce qui est une vertu pour eux pourrait être un problème pour moi", a expliqué l’ancienne ministre. Et NKM de faire valoir : "Une famille politique, c'est de la diversité. Dans un parti où on met en avant le vote des militants, je trouve que la liberté de parole des dirigeants a du sens".