De nombreux habitants de la région parisienne ont découvert, mardi matin, des prospectus figurant l'ex-président de la République sous le slogan "Pour la France, j'y vais quand même". Découvrez qui a organisé cette fausse campagne de retour. 

Distribué ce mardi, un mystérieux tract a affolé la Toile en prétendant annoncer un (énième) retour de Nicolas Sarkozy en politique. Le papier trônait sur les pare-brises de certaines voitures des 9e, 10e, 11e, 14e, 15e, 16e, 18e et 20e arrondissements et de quelques villes de banlieues, a rapporté le Huffington Post. On y lisait, écrit en capitales blanches au-dessus du portrait de l'ancien chef de l'État, le slogan : "Pour la France, j’y vais quand même".

L'un des proches de l'ex-président a rapidement affirmé au journal que "c'est évidemment fake". "Je peux vous assurer que ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui est derrière ça", a renchéri Gérald Darmanin, qui a coordonné sa campagne. De leur côté, certains internautes y ont vu une évocation des troubles judiciaires du candidat. Selon ce tweeto notamment, "j'y vais quand même" évoquait... la prison !

À lire aussi – Nicolas Sarkozy, en route pour prendre la tête du FMI ?

Une blague et un spectacle

De petits plaisantins ont même créé un site dans la foulée, jyvaisquandmeme.fr. En cliquant dessus, on parvenait d'abord à une page Wikipédia : celle de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Depuis mardi midi, le lien mène à un texte intitulé "Il n'y aura pas d'élection présidentielle", qui appelle à un "sabordage du cirque électoral".

Les créateurs de ce site n'avaient pourtant rien à voir avec les véritables auteurs de la distribution des prospectus, a signalé Libération. Les tracts ont en effet été imprimés et diffusés par boijeot.renauld, un collectif d'artistes, comme l'a révélé le reporter Hugo Clément sur Twitter.

Publicité
Le principe de la démarche ? "Redonner sa grandeur au perdant", a-t-on écrit sur la page du projet. "Faites-en ce que vous voulez. (...) Nous laisserons les commentateurs faire ce qu’ils font le mieux, commenter", ont lancé les artistes sur leur site au sujet de ce "spectacle". D'après eux, 150 000 flyers ont été distribués pendant la nuit. Cette protestation à grande échelle voulait comparer la course à la présidence à une "pièce de boulevard (qui) fait sortir les cadavres du placard".

Vidéo sur le même thème – Quand Nicolas Sarkozy donne le prix de 100 grammes de chouquettes

Publicité