Des bâtons dans les roues. Jeudi 4 juillet, Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il démissionnait "immédiatement" du Conseil Constitutionnel. Seulement, ce n’est pas possible. Planet.fr vous explique.

Jeudi 4 juillet, le Conseil Constitutionnel a refusé le remboursement des comptes de campagne pour la présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy. A la suite de cette annonce, l’ancien chef de l’Etat a décidé de démissionner du Conseil dont il est membre, "afin de retrouver ma liberté de parole", a-t-il déclaré dans un communiqué. Pourtant, il est impossible pour lui de quitter l’institution car il n’a pas été embauché mais élu membre de droit à vie.

Membre de droit à vieLe Conseil Constitutionnel est constitué de 9 membres. Trois d’entre eux sont nommés par le président de la République, trois autres par le président de l'Assemblée nationale et les trois derniers par le président du Sénat. De plus, tous les anciens présidents de la République en font automatiquement partie. Ils sont appelés "membres de droit" et ce, à vie.

Publicité
Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing bénéficient de ce statut. Automatiquement "élus", de ce fait, ils ne peuvent pas renoncer à leur place. Toutefois, ils peuvent refuser de siéger au Conseil et de toucher leur rémunération. Nicolas Sarkozy a annoncé que c’est ce qu’il ferait. Une intention qui rejoindrait celle de François Hollande d'interdire que les anciens chefs de l'Etat siègent au Conseil. Le signe d'un retour en politique de Nicolas Sarkozy ?

Vidéo : quand Nicolas Sarkozy a quitté l'Elysée