Au cours d'une réunion publique lundi soir à Vélizy, Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il fallait "réécrire" la loi Taubira.

Comme nous l’avions expliqué, la position de Nicolas Sarkozy concernant le mariage gay n’est pas très confortable. Devant composer avec ceux qui réclament l’abrogation de la loi et d'autres qui militent pour le statuquo, l’ex-président ne parvient à formuler une proposition claire concernant la loi Taubira.

Lors de la réunion publique qui s’est tenue lundi 6 octobre à Vélizy, Nicolas Sarkozy a plaidé pour "la réécriture" de cette loi qui pour lui est "le symbole du sectarisme".

Indécis sur le mariage gay

Pour le candidat à la présidence de l’UMP, il s’agit de "mettre le verrou sur la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui". Considérant que "le droit à l’enfant est une expression insensée", Nicolas Sarkozy a déclaré : "nous ne pouvons pas accepter la GPA pour les couples homosexuels comme pour les couples hétérosexuels".

Lire aussi : Visé par une nouvelle enquête, Sarkozy refuse d'être "en-dessous des lois"

Publicité
L’ancien locataire de l’Elysée a répété ce qu’il avait dit sur le plateau de Laurent Delahousse, à savoir qu’il ne souhaitait utiliser "les homosexuels contre les familles". Nicolas Sarkozy a également apporté son soutien aux manifestants de dimanche dernier en indiquant : "je n’accepte pas qu’on les insulte au motif qu’ils sont en désaccord".

Une position qui reste pour le moins floue à l’égard de la loi Taubira. En effet; ni la PMA ni la GPA ne sont inscrites dans le texte...  

Vidéo sur le même thème - Nicolas Sarkozy : un retour très étudié