Après l'annonce de sa candidature très médiatisée, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il était "le cimetière le plus visité de France" six mois plus tôt.

Malgré sa côte de popularité timide dans les sondages, Nicolas Sarkozy ne trouve dans ses détracteurs qu’une source d’encouragement. Interrogé par Paris Match, il a déclaré, amusé : "Il y a six mois, j'étais mort. Le cimetière le plus visité de France !"

Il y a environ six mois en effet, le 16 février 2016 pour être précis, Nicolas Sarkozy était bien loin de se présenter à l'élection présidentielle, même s'il y songeait déjà. Il était mis en examen dans l'affaire Bygmalion. Le Monde assurait même que cet événement "plomb(ait) ses ambitions pour 2017".

À lire aussi – Présidentielle : Jean-Jacques Bourdin rappelle des propos embarrassants pour Nicolas Sarkozy

Retour d'entre les morts

L'ex-chef d'État a donc pu se réjouir en provoquant l'effet qu'il attendait lundi, à l'annonce de sa candidature via son livre sorti mercredi : Tout pour la France. Dans son entretien avec Paris Match, il s'est félicité de se retrouver sur les couvertures des journaux, et notamment sur celle de Libération avec son titre provocateur : "Le pire, c'est qu'il peut gagner".

Publicité
"Je suis une vieille ganache et pourtant j’ai encore réussi à vous ­surprendre", a-t-il lancé au journal, satisfait. Il faut dire qu'on attendait son annonce ce jeudi seulement, à l'occasion d'un meeting organisé à Châteaurenard.

Vidéo sur le même thème – Nicolas Sarkozy est l’invité du journal de 20 heures de TF1