Une prétendue facture de plus de 100 000 € réglée par l’ancien président dans un club de Saint-Tropez circule sur les réseaux sociaux. Or, il s’agit d’une fausse information.

Une "fake news" qui remonte à 2015. Selon une rumeur circulant sur les réseaux sociaux, Nicolas Sarkozy aurait réglé une addition de 107 000 € après un repas au Nikki Beach, club huppé de Saint-Tropez, dans le Var. La photo d’un ticket de caisse de l'établissement pour 16 couverts, avec langoustes, caviar et champagne, publiée par un serveur en serait la preuve. En réalité, l’ancien président n’a jamais payé une telle facture.

C’est en effet le site d’information parodique belge Nordpresse qui est à l’origine de cette fausse information. "Un serveur du restaurant Nikki Beach de St-Tropez a posté aujourd’hui sur Facebook une photo d’un ticket de caisse imprimé suite au passage de l’ancien président Nicolas Sarkozy dans la ville du sud", peut-on lire dans l’article publié en 2015 et intitulé "L'addition incroyable de Nicolas Sarkozy". Depuis, cette "fake news" ne cesse de ressortir bien qu'elle ait été démentie à plusieurs reprises.

"C’est un petit plaisir que peut bien se permettre un ancien président"

Pour rendre son information plus crédible, Nordpresse va même jusqu’à attribuer des citations fabriquées à Jacques Séguéla, publicitaire proche de Nicolas Sarkozy, et Jean-François Copé, qui auraient été présents à ce repas très copieux. "Selon Jean-François Copé, présent à ce diner 'C’est un petit plaisir que peut bien se permettre un ancien président. Quand on travaille toute une vie, faire une petite fête de temps en temps n’est pas honteux'", a écrit le site belge.

Publicité
Le ticket de caisse utilisé dans l’article est, lui, bien réel. En revanche, il n’appartient pas à Nicolas Sarkozy. Comme le rapporte Gala, la photo de cette addition a été postée en mai 2012 par un Australien de passage dans la station balnéaire sur Twitter avec en légende, "Le Grand Prix de Monaco vient de s’achever. Une soirée au Nikki Beach à Saint-Tropez, légèrement excessive !".

En vidéo : Présidentielle 2017 : les rumeurs et "fake news" ont-elles influencé la campagne ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité