La polémique enfle depuis que l’Obs a révélé comment Nicolas Sarkozy aurait surnommé son électorat. Dans le camp de l’ancien président, on dénonce une "manipulation". Retour sur cette affaire. 

"Mon électorat est populaire, ce sont des ploucs". Voici la phrase de la discorde. Une phrase que Nicolas Sarkozy aurait prononcée le 18 octobre dernier lors d’un déjeuner au siège de l’Agence France Presse (AFP) et ce, devant plusieurs journalistes de la rédaction, rapporte l'Obs. Des propos qui ont rapidement déclenché un tollé.

A lire aussi – Hollande, le SMS et les "sans-dents" : les internautes se moquent des révélations de Trirweiler

Nicolas Sarkozy menace de porter plainte

Contacté par Le Monde, l’équipe de Nicolas Sarkozy a vivement démenti ces accusations. Dénonçant une "manipulation", l’entourage de celui qui se rêve à l’Elysée en 2017 a même annoncé qu’il envisageait de porter plainte pour diffamation contre l’Obs, mais aussi contre l’AFP si celle-ci de publie pas un démenti. Une requête à laquelle l’Agence n’a toujours pas accédé, arguant qu’avant de publier son article, l’Obs l’avait contactée pour confirmer l’existence de ce déjeuner avec Nicolas Sarkozy. Ce qu’elle a fait sans pour autant confirmer les propos qui lui sont imputés et qui peuvent, selon elle, avoir été prononcés en off. En d’autres termes, sans volonté de les voir publiquement dévoilés un jour.

Publicité
En revanche, le patron de Républicains et son entourage n’ont rien ajouté concernant les critiques qu’il aurait exprimées à l’égard de Marine Le Pen. Elle est "épaisse", "vulgaire" et "dépressive", aurait-il lâché au sujet de la présidente du Front National. Des propos dont il n’a pas nié la paternité.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :