Il était en compétition avec Marine Le Pen, NKM, Anne Hidalgo et Jean-Luc Mélenchon entre autres. Mais c'est finalement Nicolas Sarkozy qui a raflé la mise pour cette première édition du prix de "menteur de l'année".

Il y a des prix dont on se passerait bien. Ce vendredi 6 février, Nicolas Sarkozy a été élu menteur de l’année 2014 comme le rapporte Le Lab. Ce prix, dont nous vous parlions récemment, a été créé par le politologue Thomas Guénolé et a vocation à encourager la classe la politique à faire attention à ce qu’elle dit car l’heure de l’information est aujourd’hui à celle du "fact-checking" (la vérification instantanée de la moindre déclaration).

Lire aussi :  En pleine controverse sur le "ni-ni", Nicolas Sarkozy donnait une conférence rémunérée à Abou Dhabi

Plusieurs sites d’informations se sont dotés de structures spéciales qui passent au peigne fin la parole publique. Le Monde a par exemple Les Décodeurs, et LibérationDésintox. C’est d’ailleurs via ce dernier quotidien que Nicolas Sarkozy a été récompensé pour "ses 17 mensonges répétés en boucle pendant sa campagne à la présidence de l’UMP". La liste des approximations de l’ex-chef d’Etat est consultable ici.

Publicité
Par ailleurs, ce prix "décerné avec humour" a également pour mission de sensibiliser le monde médiatique sur le rôle et l’importance du "fact-checking". Ci-dessous dans le diaporama, tous les nominés de la première édition de ce prix. Pour ce qui est de Nicolas Sarkozy, pas sûr qu’il s’en félicite.

Vidéo sur le même thème - Retour annoncé de Sarkozy Bruno Le Maire "ne croit pas à l'homme providentiel"

En imagesEn images : les nominés du prix 2014 du menteur en politique

Marine Le Pen et ses inventions

Voici une liste non exhaustive des nominés pour le prix du menteur en politique. Créé le 19 janvier 2015 par le politologue Thomas Guénolé, le prix a vocation à inciter les politiques à moins mentir ainsi qu'à sensibiliser le journalisme politique. Basée sur du fact-checking (la vérification de faits), la distinction promeut le contrôle de ce que dise...

Brice Hortefeux et la délinquance

L'ancien ministre de l'Intérieur invoquait à tort une étude de l'Observatoire national de la délinquance constatant une augmentation globale de la criminalité.

Jean-Luc Mélenchon et l'absentéisme

L'euro-député ne cesse de

Nicolas Sarkozy et ses 17 mensonges

L'ancien chef de l’État est quant à lui nominé pour pas moins de 17 mensonges proférés lors de sa campagne de réélection à la présidence de l'UMP. Intox et fiction que Libération avait relevé.

Thomas Thévenoud et ses impayés

Évidemment, le député PS fait partie des sélectionnés. En cause, ses dissimulations fiscales mises à jour en septembre 2014 > A lire aussi : 

Florian Philippot et l'IVG

Le vice-président du Front national a affirmé, mercredi 26 novembre, que le FN n'avait jamais souhaité revenir sur le remboursement de l'IVG. Un mensonge puisqu'en 2011, Marine Le Pen, interrogée par La Croix, se prononçait en faveur d'un déremboursement de l'IVG.

Hors catégorie : Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac, "pour l'ensemble de son œuvre" écrit le site de Thomas Guénolé. Pour découvrir le jury ainsi que les autres nominés, visitez le blog du créateur.

Autres diaporamas

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité