A quelques semaines de la date supposée du grand come-back de l’ancien président, plusieurs maires UMP tentent de se convaincre que leur ville est l’endroit idéal pour accueillir un tel évènement.

Nicolas Sarkozy n’a toujours pas confirmé son retour, mais certains élus s’y voient déjà. En effet, même si l’ancien chef d’Etat n’a pas encore annoncé ses intentions, son come-back semble de plus en plus crédible. Et certains maires UMP aimeraient bien en profiter pour braquer les projecteurs sur leur commune. Selon les informations du Journal du Dimanche, le champion de la droite aurait prévu de revenir dans l’arène "dans la dernière semaine d’août". Peut-être même le 26 août, redoute le député filloniste Jérôme Chartier cité par Le Parisien. Cette date correspond à la veille de la rentrée politique de l’ex-Premier ministre et permettrait à Nicolas Sarkozy de faire d’une pierre deux coups : revenir et piquer son meilleur ennemi.

Loin de ses tensions, Daniel Fasquelle, le député-maire du Touquet (Pas-de-Calais) verrait plutôt les dates du 30 et 31 août. Ainsi qu’il l’a expliqué à L’Express, sa ville accueillera pendant ses deux jours et pour la troisième année consécutive "un campus des jeunes UMP". Et alors que des ténors du parti devraient également y être présents (Luc Chatel, Bruno Le Maire et Xavier Bertrand), l’édile pense que les conditions seront réunies pour répondre aux attente de Nicolas Sarkozy. A savoir, revenir au milieu d’anciens et de "nouveaux visages", précise le magazine.

A lire aussi : "Nicolas Sarkozy est fasciné par ce retour qu'aucun autre président n'a réussi"

Estrosi compte faire jouer sa proximité avec SarkozyMais c’est sans compter sur Christian Estrosi, lequel n’a pas l’intention de laisser le champion de la droite annoncer son retour ailleurs que dans sa ville de Nice (Alpes-Maritimes). Le député-maire organise lui aussi les 6 et 7 septembre prochains un "campus de jeunes UMP". Et même si les dates sont un peu éloignées des prévisions du JDD, l’élu ne s’avoue pas vaincu et tente de mettre toutes les chances de son côté. "Christian Estrosi fait jouer sa proximité avec Nicolas Sarkozy pour l'attirer sur la Côte d'Azur", indique en effet L’Express. Fort de mettre en avant le mélange de générations qui aura lieu pendant le campus de sa ville, le maire de Nice aurait également l’intention d’en parler de vive voix avec l’ex-locataire de l’Elysée lors d’un repas prévu d’ici quelques jours au Cap-Nègre où ce dernier séjourne avec son épouse.

A lire aussi : Au Cap Nègre, Carla et Nicolas Sarkozy roulent sans casque

"L'annonce de Christian Estrosi le week-end dernier m'a mis la puce à l'oreille", a de son côté confié au magazine le président de l'UMP Loire-Atlantique, François Pinte, lequel espère que La Baule sera retenue. Là aussi, un campus est prévu les 6 et 7 septembre."Ils veulent avoir Nicolas Sarkozy, nous aussi", a quant à lui prévenu François-Xavier Priou, le responsable des jeunes Pop’ dans ce département, toujours dans les colonnes du même média.

Publicité
Mais si la bataille fait rage pour savoir quelle ville sera choisie pour accueillir le grand retour de Nicola Sarkozy, aucune n’a en revanche été sélectionnée pour abriter une université d’été. Les ténors du parti ont effet estimé, qu’en raison des comptes l’UMP qui sont dans le rouge et de la tenue en novembre d’un congrès (pour élire le nouveau président du parti), un tel évènement n’était pas le bienvenu.

 

 

Vidéo sur le même thème : Estrosi se présentera aux primaires si Sarkozy n'est pas candidat