S'il était resté muet epuis sa défaite en 2012, Nicolas Sarkozy se laisse désormais tenter par les répliques fracassantes. 

Deux ans qu'il restait dans l'ombre. Depuis son retour affiché en politique, Nicolas Sarkozy a multiplié les interventions. La dernière en date remonte à ce mercredi, au Salon de l'Agriculture, où l'ex-président de la République a répondu à la blague de son rival. Entre humour, reproches et tacles à tout va, l'ancien chef de l’État fait parler de lui.

Retour au Salon

Nicolas Sarkozy n'avait pas une très bonne expérience du Salon de l'Agriculture. Pour cause, son fameux "casse toi pov'con" avait été lancé lors de l'édition de 2008 de la grande ferme. Cette année, il a décidé de répondre à François Hollande. Il y a deux ans, ce dernier avait lancé "tu ne le verras plus"  à un enfant qui disait n'avoir jamais vu Nicolas Sarkozy. "Encore une promesse non tenue", a déclaré ce mercredi le moqué.

A lire aussi - Salon de l'Agriculture : Nicolas Sarkozy répond (enfin) à François Hollande

Mais le revenant ne s'est pas contenté de s'en prendre à son rival. Il a également dévoilé quelques confidences sur sa vie de couple, en avouant que Carla Bruni-Sarkozy était accro aux Big Mac. "Je rentre et elle me dit : 'achète moi un Mac en passant' et ça lui fait plaisir. C'est vrai ce que je dis", a déclaré Nicolas Sarkozy devant les caméras de BFMTV.

Les "deux neurones"

Le 21 septembre 2014, pour sa première interview depuis l'annonce de son retour, l'ex-chef de l’État y était allé de sa petite expression. Face à Laurent Delahousse, Nicolas Sarkozy avait à plusieurs reprises demandé à ce qu'on lui prête "deux neurones". Apparemment agacé par les questions du présentateur du 20 heures de France 2, l'ancien président de la République répliquait : "est-ce que vous me prêtez deux neurones d'intelligence ?".

Le tacle à Manuel Valls

Après les attentats du début d'année, Nicolas Sarkozy semblait avoir hâte de mettre un terme à l'unité nationale. Interrogé le 21 janvier au 20 heures de France 2, il avait dénoncé l'inefficacité des mesures prévues par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme. Ce n'est pas tout, l'ex-chef d’État s'était également dit "consterné" par le terme "apartheid" employé par Manuel Valls : "comparer la République à 'l'apartheid" est une faute", avait-il déclaré. 

A lire aussi - Nicolas Sarkozy enterre l'union nationale et charge Manuel Valls

"Au pire, je ferai une conférence"

Lors du Conseil national du parti UMP organisé le 7 février dernier, son président avait pris la parole non sans humour. En réaction aux nombreuses conférences qu'on lui reproche, Nicolas Sarkozy avait décidé d'en rire : "le déjeuner c'est pour moi. Au pire, je ferai une petite conférence". Une pointe d'humour qui s'était vite propagée au sein du parti. Certains cadres de l'UMP s'étaient permis quelques remarques.

"Un talent fantastique pour imiter François Hollande"

Communication oblige, l'homme de nouveau dans la course aux présidentielles 2017 s'est également laissé tenter par plus de légèreté. Invité d'Europe 1 le 19 février, Nicolas Sarkozy a rit aux larmes face aux imitations de Nicolas Canteloup. Une nouvelle occasion pour l'ancien président de tacler l'actuel : "vous avez un talent fantastique pour imiter François Hollande", a avoué Nicolas Sarkozy, hilare. Avant d'ajouter qu'en ce qui le concernait, c'était "plus partagé".

"Nous ne voulons pas de femmes voilées"

Publicité
Sur le plateau d'Europe 1, Nicolas Sarkozy a également déclaré ne pas vouloir "de femmes voilées en France", car "dans la république, la femme et l'homme sont à égalité". Des propos qui ont immédiatement fait réagir. D'après Le Monde, le Collectif de lutte contre l'islamophobie a vivement réagi, tandis que le conseiller de Marine Le Pen a accusé le président de l'UMP de "flagrant délit de mensonge". 

Vidéo sur le même thème - Salon de l'Agriculture :  Nicolas Sarkozy répond à François Hollande