Le candidat malheureux à la primaire de la droite vient d'intégrer le conseil d'administration du géant hôtelier. Une reconversion qui devrait lui rapporter gros.

C'est une reconversion plutôt inattendue pour Nicolas Sarkozy, éliminé le 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite. L'ex-chef de l'État a été coopté "à l'unanimité" en tant qu'administrateur indépendant et va présider un comité de "stratégie internationale", a précisé le groupe.

Les missions et la composition de ce comité seront précisées lors d'un prochain conseil d'administration. En attendant, les spéculations vont bon train sur son salaire, qui n'a pas été divulgué par le géant de l'hôtellerie. 

Les administrateurs d'AccorHotels sont rémunérés en "jetons de présence". Ces derniers sont fixés selon une enveloppe définie annuellement, dont le tiers est versé en fixe et les deux tiers en variable, selon la présence aux réunions. Si l'on se base sur ce que touchait son prédécesseur, on peut estimer la future rémunération de Nicolas Sarkozy à 61 934 euros annuels. Mais comme l'explique le magazine Capital, "Nicolas Sarkozy pourrait peut-être prétendre à plus puisqu'il a aussi été nommé président du comité Stratégie internationale, nouvellement créé. Or les présidents de comité touchent une part fixe plus importante…"

Il ne touche plus les 12 000 euros du Conseil constitutionnel

Au début de l'année, l'un de ceux qui ont fait sa campagne lors de la primaire confiait à Marianne que Nicolas Sarkozy "ne parle que business". "Je veux montrer qu’on peut avoir été président et faire des affaires", a d'ailleurs lancé Nicolas Sarkozy à l’un de ses interlocuteurs début décembre. 

Publicité
En plus de son futur salaire dans ces nouvelles activités, Nicolas Sarkozy peut compter sur son allocation d'ancien président, soit environ 6 000 euros bruts par mois (sans compter les avantages en nature : chauffeur, bureaux, etc.). Ces émoluments sont cumulables avec d'autres pensions ou salaires. L'ancien président pourra donc profiter, le moment venu, de sa retraite d'ancien président du conseil général et député des Hauts-de-Seine et maire de Neuilly, estimée à environ 4 000 euros par mois.

A noter que Nicolas Sarkozy ne touche plus les 12 000 euros mensuels du Conseil constitutionnel depuis qu'il s'est mis en retrait de l'institution, dont il est membre de droit, en juillet 2013. 

Vidéo sur le même thème : Nicolas Sarkozy, la fin ? L'ex-président veut retourner à "plus de passion privée"

Publicité
Publicité