Selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 8 octobre, Nicolas Sarkozy soutient auprès du clan filloniste qu'il n'a "jamais" été l'ami de Jean-François Copé.

Le soutien apporté par Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy signifie-t-il la fin des hostilités entre les deux hommes ? Rien n’est moins sûr. À en croire Le Canard Enchaîné de ce mercredi 8 octobre, l’ex-président ne porte toujours pas le maire de Meaux dans son cœur.

Lire aussi :  Patrick Balkany bientôt mis en examen pour corruption ?

Alors qu’il reçoit le filloniste Éric Ciotti pour évoquer la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy ne s’est pas montré tendre envers l’ex-président de l’UMP. En effet, au moment où le député de la première circonscription des Alpes-Maritimes lui reproche d’avoir fait installer Jean-François Copé à la tête du parti en 2007, Nicolas Sarkozy lui répond d’emblée : "Copé n’a jamais été mon ami, tu es bien placé pour le savoir".

"Laissons faire la justice"

Publicité
Dans cette conversation retranscrite par Le Canard Enchaîné, Eric Ciotti reproche à Nicolas Sarkozy de profiter du soutien de l’homme par lequel le scandale Bygmalion arriva. Ce à quoi répond l’ancien locataire de l’Elysée répond : "on est ni juges, ni procureur, laissons faire la justice". Justifiant sa bienveillance à l’égard du maire de Meaux, Nicolas Sarkozy rajoute : "et puis moi, je ne tire pas sur un homme à terre". On est loin du témoignage d’affection…

Vidéo sur le même thème - Nicolas Sarkozy : un retour très étudié

En imagesBygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire

Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central

Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans.

Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

  L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Guillaume Peltier

  Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claud...

Patrick de Carolis

  L’ancien PDG de France Télévisions est lui aussi mêlé à l’affaire Bygmalion, dans son volet télévisuel.

Camille Pascal

  Le secrétaire général de France Télévisions a lui aussi été mis en examen dans le cadre du volet télévisuel de l’affaire Bygmalion.

Autres diaporamas