Nicolas Sarkozy aurait récemment fait une comparaison douteuse sur le président du Modem. En privé, le patron de l'UMP a déclaré : "Bayrou c'est comme le Sida... Quiconque le touche meurt !". 

C'est de notoriété publique : Nicolas Sarkozy a une dent contre François Bayrou depuis que ce dernier a annoncé publiquement qu'il voterait pour François Hollande au second tour de la présidentielle de 2012. Seulement, cette amertume semble aujourd'hui bien plus âcre, si l'on en croit les propos rapportés par Le Parisien. "Bayrou c'est comme le Sida... Quiconque le touche meurt !", aurait lancé le président de l'UMP dans ses cercles privés. Des dires inexacts de surcroît puisque Le Lab rappelle à juste titre que l'on ne "meurt" pas en touchant une personne séropositive. Véronique Waché, la responsable de la communication de Nicolas Sarkozy, a depuis démenti ces propos.

A lire aussi - Nicolas Sarkozy : "Fillon je le veux à terre et sans oxygène"

François Bayrou obsède Nicolas Sarkozy

La semaine dernière déjà, François Bayrou évoquait successivement sur I-Télé et France 2 "l'obsession" de Nicolas Sarkozy à son égard. Un "titre de gloire", ironisait le Béarnais, que d'être "élevé au rang d'obsession de Nicolas Sarkozy puisque (dans) tous ses meetings, toutes ses réunions, il y a forcément un passage".

Un constat que viennent renforcer les récents propos rapportés par Le Parisien. En comparant l'ancien ministre de l’Éducation nationale au virus du Sida, Nicolas Sarkozy a réitéré ses attaques au registre médical. En effet, comme le souligne Le Lab, l'ex-chef d’État avait lié la pneumonie de Jean-Louis Borloo à François Bayrou en juillet 2014. "Tu te rends compte ? T'as passé cinq ans avec Chirac, t'as pas eu un rhume. Cinq ans avec moi, pas une grippe. Tu passes un an avec Bayrou, on a failli t'arracher un poumon", avait-il lâché à son ancien ministre de l’Écologie.

A lire aussi - Nicolas Sarkozy renonce à l'idée du "Rassemblement"

Ouvrir au centre, en partie

Publicité
Cette affaire survient à l'approche de la primaire UMP de 2016 qui débouchera sur l'élection du représentant du parti à la présidentielle de 2017. Avec ces déclarations, Nicolas Sarkozy s'oppose une nouvelle fois à Alain Juppé. En effet, ce dernier ne cache pas sa sympathie pour François Bayrou et sa volonté de s'allier avec le MoDem. S'il s'est vu sifflé par les partisans de l'ancien chef de l'Etat, le maire de Bordeaux s'accroche : "Moi je cherche pas une revanche personnelle sur le MoDem. Quand le MoDem se situe clairement dans l'opposition à la politique actuelle qui est néfaste pour notre pays, il est évidemment un de nos partenaires", a-t-il déclaré sur Europe 1 le 1er avril. De son côté, le patron de l'UMP souhaite une alliance avec le centre, mais limitée à l'UDI.

Vidéo sur le même thème - François Bayrou réaffirme sa fidélité envers Alain Juppé