Le maire UMP du 16e arrondissement de Paris a vivement dénoncé ce mercredi le traitement qui est actuellement réservé à l’ancien président de la République. Selon l’édile, le "gouvernement socialiste" y serait mêlé... 

Claude Goasguen est monté au créneau pour défendre le champion Nicolas Sarkozy. Mardi, Le Parisien annonçait (à tort) qu’une nouvelle enquête préliminaire avait été ouverte sur la campagne présidentielle menée en 2007 par l’ancien président de la République. Une fausse information rapidement démentie, d’abord par le parquet de Paris puis par le quotidien lui-même, mais qui a laissé des traces. Alors que Nicolas Sarkozy est déjà visé par plusieurs affaires judiciaires, son entourage a ainsi dénoncé dès mardi une forme "d’acharnement" à son encontre. Un avis que partage également Claude Goasguen. Et il l’a fait savoir. Au micro d’Europe 1 ce mercredi matin, le maire UMP du 16e arrondissement a en effet vivement déploré le traitement qui est actuellement réservé à l’ex-locataire de l’Elysée. "Cela devient lassant de trouver dans la presse des informations qui témoignent toujours de la même chose : Sarkozy est l’ennemi public numéro 1", s’est-il agacé.

A lire aussi  -Nicolas Sarkozy : "S’il ne se présente pas au congrès de novembre, c’est fini pour lui"

Publicité
Pour "empêcher" Sarkozy "de revenir dans la vie politique active" ?Loin de ne s’en prendre qu’à la presse, l’édile a également pointé l’actuel "gouvernement socialiste". Selon lui, la majorité "ne serait pas tout à fait absente de cette opération". Evoquant les "cabinets noirs de l’Elysée", Claude Goasguen a poursuivi en lâchant : "c’est une pratique française bien secrète que l’on connaît et je me demande quand même si derrière toute cette agitation parajudiciaire et médiatique il n’y a pas une volonté d’empêcher quelqu’un qui a été président de la République de revenir dans la vie politique active".

A lire aussi  -Un cabinet noir, c’est quoi ?

 

 

 

A revoir en vidéo : L'arrivée de Nicolas Sakozy en garde à vue le 1er juillet dernier