Vendredi dernier, une messe a été donnée en l’honneur de Charles Pasqua, décédé le 29 juin à l’âge de 88 ans. L’absence de Nicolas Sarkozy n’est pas passée inaperçue. Ce dernier aurait préféré se rendre au Cap-Nègre.

L’ancien ministre de l’Intérieur est décédé lundi 29 juin des suites d’un accident cardiaque à l’hôpital Foch de Suresnes dans les Hauts-de-Seine. Vendredi dernier, de nombreux responsables politiques, en particulier des personnalités de droite, se sont rendus à la cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris pour rendre hommage à cette grande figure du gaullisme.

"C’est une faute politique impardonnable"

Toutefois, comme le note Le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy était le grand absent de cette cérémonie. "Pour quelqu’un qui veut rassembler son camp, c’est une faute politique impardonnable", a regretté un des dirigeants des Républicains qui reprochait au chef de son parti de ne pas s’y être rendu.

Lire aussi - En images : la cérémonie d'hommage à Charles Pasqua

Face au tollé provoqué par son absence, l’ancien président de la République s’est senti obligé d’indiquer que son "agenda" l’empêchait de s’y rendre mais qu’il s’était recueilli au funérarium de Suresnes en compagnie de la famille du défunt le 1er juillet.

Lire aussi - Mort de Charles Pasqua : des hommages politiques contrastés

Le 2 juillet, la veille de la cérémonie, Nicolas Sarkozy tenait un meeting à Châteaurenard dans les Bouches-du-Rhône. Le président du parti d’opposition s’est ensuite rendu au Cap Nègre où la famille de son épouse possède une maison, comme le révèle l'hebdomadaire satirique. Un photographe de presse a d’ailleurs pris un cliché de l’ex-chef de l’Etat sur son vélo.

Publicité
Passer du temps au Cap-Nègre semblait donc plus alléchant qu’assister à la messe donnée en l’honneur de Charles Pasqua. Afin de mettre un terme à cette polémique, Nicolas Sarkozy s’est rendu aux funérailles de l’ancien Premier ministre qui ont eu lieu le 7 juillet à Grasse dans les Alpes-Maritimes.

Vidéo sur le même thème : Mort de Charles Pasqua : "C'était un homme que j'aimais beaucoup", affirme Sarkozy