Selon des informations du Journal du Dimanche confirmées à l'AFP, Nicolas Sarkozy dispose déjà d'une équipe de campagne. L'annonce de sa candidature à la tête de l'UMP devient imminente.

Il est visiblement très bien préparé. L’ex président de la République s’est doté d’une équipe pour, dans un premier temps, reconquérir l’UMP. Parmi ses hommes de main, Frédéric Péchenard, 57 ans. Ex-patron de la police nationale c’est cet ami intime de Nicolas Sarkozy qui devrait être son directeur de campagne selon le JDD.

Lire aussi :  Nicolas Sarkozy : que pense-t-il vraiment du mariage pour tous ?

Ce Haut-Fonctionnaire a été élu en mars dernier sur les listes UMP menées par Nathalie Kosciusko-Morizet et aurait demandé sa mise à disponibilité auprès du ministère de l’Intérieur pour pouvoir se consacrer pleinement à la politique. "Ce n’est pas encore fait" indique l’entourage de Nicolas Sarkozy cité par Le Parisien bien que sa nomination ait été confirmée à l’AFP.

L’ex-président s’est également entouré d’une jeune garde pour mener la bataille. Parmi ses lieutenants, Gérald Darmanin, 31 ans et député maire de Tourcoing, Virginie Duby-Muller, 35 ans, députée de Haute-Savoie ou encore Guillaume Larrivé, 37 ans, député de l'Yonne.

Des soutiens de plus en plus nombreux

Publicité
Depuis que son retour devient une évidence, ils sont de plus nombreux à l’UMP à se rallier à sa candidature. Parmi les ténors du parti d’opposition qui lui ont apporté son soutien, Jean-François Copé, Laurent Wauquiez, François Baroin et hier encore Benoist Apparu. Se dessine ainsi les contours de l’équipe sur laquelle il pourra compter pour remporter la présidence de l’UMP.

Vidéo sur le même thème : Estrosi se présentera aux primaires si Sarkozy n'est pas candidat

En imagesPrimaires de l'UMP : ceux qui sont dans la course

Alain Juppé

Ce mardi sur son blog, le maire de Bordeaux

Nicolas Sarkozy

 Selon Brice Hortefeux, les primaires de l'UMP "c'est secondaire", pour Nicolas Sarkozy. Si rien a été officialisé de son côté, il serait toujours favori dans les sondages, a révélé Le Parisien.

François Fillon

François Fillon nourrit des ambitions présidentielles. Si pour l'instant rien n'est décidé du côté de l'ancien Premier ministre, il compte parmi les ténors du parti qui pourront barrer la route à Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé

Bien qu'ostracisé depuis l'affaire Bygmalion, l'ancien président de l'UMP ne renonce pas à ses ambitions, loins s'en faut. Et si les primaires pour 2017 lui semblent lointaines, Jean-François Copé compte bien régler ses comptes avec les cadres de l'UMP. N'a-t-il pas annoncé récemment qu'il y

Christian Estrosi

Christian Estrosi est prêt représenter l'UMP en 2017, il est même l'un des premiers à en avoir fait l'annonce. Mais ceci à une seule condition ! Au seul cas où Nicolas Sarkozy ne reviendrait pas... Une façon pour le maire de Nice de préparer le terrain pour le retour de l'ancien président.

Xavier Bertrand

Cela fait un petit moment que Xavier Bertrand entend jouer les "outsiders" pour représenter le parti d'opposition en 2017. En témoignent ses nombreuses prises de position sévères à l'égard de Nicolas Sarkozy.

Nathalie Kosciusko-Morizet

 "Pour la primaire ? Je n'exclus pas. Il faudra voir où on en est à ce moment-là", avait-elle déclaré. Bien qu'elle n'ait pas remporté la mairie de Paris, NKM pourrait donc bien tenter de faire face à la concurrence, très masculine, de la primaire à l'UMP.

Bruno Le Maire et Hervé Mariton, les canditats à la présidence de l'UMP

  Ils sont tous deux candidats à l'élection de la présidence de l'UMP qui devrait se dérouler en 2016 et non pas à la primaire. Mais la présidence du parti est souvent considérée comme une étape en vue de la présidentielle à venir. C'est pour cette raison que Nicolas Sarkozy tenait tant à la tête de l'UMP en 2007 et que François Fillon et Jean-Fra...

Autres diaporamas