Le conseiller municipale de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) a posté dimanche un tweet sexiste à propos de la nouvelle ministre de l’Education nationale et des "atouts" qu’elle aurait utilisés pour être nommée à ce poste.

©Capture Ecran Twitter

Najat Vallaud-Belkacem n’en finit pas d’essuyer les critiques de l’opposition. En effet, depuis qu’elle a été nommée aux commandes du ministère de l’Education nationale, l’ex-porte-parole du gouvernement est notamment pointée pour son jeune âge et accusée d’avoir voulu véhiculer la théorie du genre dans les écoles. Dimanche, un conseiller UMP des Hauts-de-Seine est allé plus loin en sous-entendant qu’elle avait utilisé ses "atouts" pour obtenir son dernier poste. "Quels atouts Najat Vallaud-Belkacem a utilisés pour convaincre Hollande de la nommer à un grand ministère ?", s’est interrogé Franck Keller dans un message posté sur Twitter et accompagné d’une photo de la ministre en robe, assise les jambes croisées à un bureau.

A lire aussi -Najat Vallaud-Belkacem : ce que lui reproche l’opposition

Najat Vallaud-Belkacem ou l’art de gravir les échelons

Jacques Keller évoque un tweet "sorti de son contexte"Et si le conseiller UMP de Neuilly a rapidement effacé son tweet, celui-ci a toutefois eu le temps d’être repéré et critiqué par des internautes, dont l'ancienne membre du gouvernement Cécile Duflot (cf. capture écran ci-dessous).

Publicité
Interrogé par Le Lab d’Europe 1, Franck Keller s’est de son côté défendu d’avoir posté un message sexiste. Assurant qu’il était, selon lui, "indigne d’attaquer une ministre", il a par ailleurs assuré : "On veut laisser entendre que je tiens des propos sexistes, d’un autre âge. Ce n’est pas parce qu’une femme est en jupe qu’elle a couché". Et Jacques Keller d’ajouter, que son tweet "a été sorti de son contexte" et qu’à ses yeux, "le seul fait d’arme de Najat Vallaud-Belkacem, c’est la théorie du genre à l’école". Fort de cette explication, le conseiller municipal l’a même postée dans un nouveau tweet (cf. capture ci-dessous) et publié un communiqué dans lequel il affirme vouloir débattre avec la ministre.

 > vidéo sur le même thème : Vallaud-Belkacem : "Il faut avoir confiance en l'école"