L’eurodéputée des Républicains a donné une interview ce mardi matin sur BFMTV. Interrogée sur la crise des migrants, elle a tenu des propos s’apparentant à ceux du Front national.

"On n'est pas encore à un niveau de remplacement mais ce sentiment d'être envahis est réel", a indiqué Nadine Morano ce mardi matin sur BFMTV et RMC. L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et candidate à la primaire à droite en 2016 a ainsi fait référence à la théorie du "grand remplacement" de l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus. Celle-ci stipule que l’immigration d’origine non européenne se substituerait à la population présente originellement. Cette théorie a été rejetée par la dirigeante du Front national : "Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste", a assuré Marine Le Pen.

"Le sentiment d'envahissement des Français est une réalité, comme le sentiment d'insécurité", a affirmé Nadine Morano, avant d'ajouter qu'"il n'y aura plus d'immigration dans l'Union européenne", car nous "sommes submergés". L’eurodéputée avait précédemment déclaré que les migrants syriens devaient rester dans leur pays et se battre, à l’image des résistants français durant la Seconde Guerre mondiale.

L’ex-ministre ne veut pas être comparée à Marine Le Pen

Publicité
Nadine Morano a cependant affiché ses divergences avec le Front national : "Je peux vous dire que quand j'écoute Marine Le Pen au parlement européen, je suis toujours atterrée. Moi je crois en l'Europe, je crois en l'espace Schengen et en la libre circulation". L’eurodéputée souhaite néanmoins un contrôle plus important des frontières extérieures.

Voir la vidéo : Nadine Morano sur les réfugiés : "On est submergé" 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité