Le 7 octobre dernier, Nadine Morano était exclue des listes Les Républicains pour les élections régionales. Depuis, l’eurodéputée garde un œil critique sur les affaires de sa famille politique et nourrit de grandes ambitions personnelles.

Il y a trois mois jour pour jour, Nadine Morano était exclue des listes Les Républicains pour les élections régionales. Une décision prise par la Commission nationale d’investiture après que l’eurodéputée a parlé de "race blanche" à la télévision et surtout, après qu’elle a refusé de s’excuser pour ses énièmes propos polémiques. Une décision alors vivement critiquée par Nadine Morano, celle-ci allant même jusqu’à dénoncer une "faute politique" de Nicolas Sarkozy.  

Elle se montre toujours très critiqueDepuis, l’ancienne ministre n’a rien perdu de son esprit critique et ne rate aucune occasion de tacler son camp ou son patron. Alors que la liste conduite par le Front National est arrivée en tête au premier tour des élections régionales en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Nadine Morano n’a pas hésité à  déclarer que ce résultat "décrédibilisait" Nicolas Sarkozy. Et elle ne s’est pas arrêtée là. A l’issue du second tour, et alors que la droite en est sortie victorieuse, l’eurodéputée en a de nouveau critiqué son camp, estimant cette fois-ci qu’il n’avait pas suffisamment su attirer les déçus de la gauche au pouvoir. "Tirons les leçons du premier tour : alors que la gauche est en mauvaise posture, nous devrions être en capacité de faire revenir beaucoup plus à nous les électeurs déçus. Or, ce n'est pas le cas", avait-elle confié au Parisien. Et celle-ci d’ajouter : "Je m’interroge sur la stratégie" des Républicains.

A lire aussi – Nadine Morano est-elle en train de se tuer politiquement ?

Elle est isoléeMais, même si Nadine Morano ne se montre très critique vis-à-vis des Républicains, elle en fait toujours partie. Son éviction décidée il y a trois mois concernait uniquement les listes LR pour les élections régionales, aussi est-elle toujours considérée comme l’une de ses ténors. Malgré tout, sa dernière polémique a laissé des traces et l’ancienne ministre se retrouve isolée. Au moment de l’affaire de la "race blanche",, plusieurs de ses collègues sont en effet montés au créneau pour demander son éviction, et depuis les soutiens ne se bousculent pas pour se manifester, au contraire.

Publicité
Elle sera candidate à la primaire de la droite Une situation quelque peu difficile pour Nadine Morano. "Elle est encore eurodéputée, ce qui la maintiendra à flot le temps de laisser passer l’orage. Ensuite, elle pourra sans doute espérer revenir pour les élections législatives de 2017", nous confiait le politologue Jean-Yves Camus le mois dernier. Le temps est "son meilleur allié", assurait-il également. Mais il semblerait que Nadine Morano soit plus pressée, et même plus ambitieuse. Dans le clip qu’elle a récemment mis en ligne pour adresser ses vœux aux Français, l’ex-ministre les a en effet appelés à la soutenir pour la primaire de la droite qui aura lieu cette année en vue de la prochaine présidentielle. "J’aurai besoin de vous", leur a-t-elle lancé.

 En vidéo sur le même thème - Exclue des listes pour les régionales, Nadine Morano ne regrette rien