Jean Sarkozy a annoncé sa volonté de ne s'inscrire sur aucune liste électorale à la vue des municipales de 2014. Il laisse ainsi le champ libre à Michèle Alliot-Marie, potentielle candidate à Neuilly, à qui il offrira son soutien. 

© AFP

Le fils de l’ancien chef de l’Etat, actuellement professeur de droit et fraîchement diplômé dans la même discipline, a déclaré au Lab d’Europe 1 ne souhaiter figurer sur aucune liste électorale de la ville de Neuilly-sur-Seine, ancien fief de son père. Le jeune magistrat a ainsi déclaré, le 16 décembre dernier, qu’il "ne serait candidat sur aucune liste à Neuilly pour ces élections municipales". Au grand dam, par ailleurs, de Roger Karoutchi, secrétaire départemental de l’UMP des Hauts-de-Seine, qui estime que le jeune magistrat a "un rôle politique à jouer". Il fait ainsi mentir les diverses assertions le voyant déjà trôner en tant que numéro deux de la liste UMP de la ville des Hauts-de-Seine en vue d’un combat contre Jean-Christophe Fromantin, maire sortant UDI. Le trône pourrait être, lui, réservé à l’ex-ministre Michèle Alliot-Marie.

Alliot-Marie à Neuilly ?

Publicité
Il refuserait ainsi un partenariat aux côtés de Michèle Alliot-Marie. L’ex-ministre annoncera en effet, début 2014, si elle se présentera au suffrage vers la mairie de la ville des Hauts-de-Seine, ou en tant que députée européenne de la circonscription Sud-Ouest. "Si elle me propose, ce qui n’est pas le cas actuellement, je lui dirai non", a-t-il ainsi déclaré. A la vue de ces élections, "terrain médiatiquement abrasif" selon lui, ce dernier préfère "rester en retrait en menant [son] mandat de conseiller général à son terme." Il annonce cependant tout son soutien à l’ex-ministre : "Si elle souhaitait porter à Neuilly un projet plus rassembleur, je serai à ses côtés mais comme simple militant", au soutien d’une candidate qu’il considère comme "une femme de compétence et de combats, qui habite à Neuilly depuis longtemps et qui connait énormément de monde."  

 

L'occasion de revenir, en images, sur l'entrevue entre Copé et Jean Sarkozy en septembre dernier : 

Publicité