Maire de Marseille depuis 1995, Jean-Claude Gaudin a annoncé ce vendredi qu’il briguerait un 4ème mandat aux élections municipales de 2014. Le sénateur-maire UMP affrontera Patrick Mennucci, le vainqueur des primaires socialistes.

© AFP

Le maire sortant de Marseille, Jean-Claude Gaudin (UMP), se présente officiellement pour un nouveau mandat. L'élu l'a annoncé dans une interview publiée ce vendredi par Le Figaro. Le sénateur âgé de 74 ans vise un quatrième mandat consécutif dans la ville phocéenne, dont il est le maire depuis 1995. "Je suis candidat aux élections municipales de mars 2014. Cette décision, je l'ai prise en plein accord avec mes amis politiques et en considérant les enjeux pour l'avenir de notre cité", a-t-il déclaré dans un communiqué officiel.

A peine sa candidature annoncée, Jean-Claude Gaudin a tout de suite critiqué la possible arrivée du PS, en la personne de Patrick Mennucci, à son poste de maire. "Je ne peux admettre que ma ville soit prise en otage entre populisme et retour en arrière. Je ne veux pas non plus que les Marseillais subissent la double peine d'une gestion socialiste qui ferait reculer Marseille, demain, comme elle fait déjà reculer la France", a-t-il affirmé.

Une "longue réflexion"

Publicité
Après avoir hésité, Jean-Claude Gaudin a pris la décision de se lancer dès cet été, selon son entourage, conforté par un sondage commandé par l'UMP le présentant comme le meilleur candidat à droite, face à son ex-premier adjoint Renaud Muselier ou au député-maire des 9e et 10e arrondissements Guy Teissier. "C'est l'aboutissement d'une longue réflexion en liaison avec mes amis politiques et en écoutant les Marseillais. La situation locale et nationale n'a fait que me renforcer. Je ne veux pas que Marseille retourne en arrière", a expliqué le sénateur-maire.

En plus d’affronter le député socialiste Patrick Mennucci, le maire sortant de Marseille devra faire face au conseiller régional Stéphane Ravier, tête de liste du Front National. Selon un sondage BVA pour Le Parisien-Aujourd’hui en France publié lundi dernier, le candidat socialiste aurait, pour l’instant, une courte avance sur ses adversaires.

Publicité