Candidat UMP à Lyon pour les prochaines élections municipales, Michel Havard est "serein". Il s’est pourtant fixé pour objectif de déloger le maire sortant, Gérard Collomb, lequel brigue un troisième mandat dans cette ville.

©DR

Planet : A deux mois du premier tour des élections municipales, comment vous sentez-vous ? Michel Havard : "Je suis content que la campagne ait enfin démarré et je suis très heureux d’en faire partie.

Planet : Avez-vous bon espoir de battre votre rival, Gérard Collomb ?Michel Havard : Je suis convaincu d’avoir toutes mes chances car les Lyonnais ont envie de donner un nouveau souffle à leur ville. Et alors que le candidat socialiste veut par exemple augmenter les impôts et refuse de relancer le métro dans la ville, je veux tout le contraire. A moi désormais de convaincre les électeurs avec mon projet et de leur prouver que ‘nouveau maire = nouvelle dynamique’. Les électeurs de la ville savent par ailleurs qu’en votant pour Gérard Collomb, ils votent pour François Hollande. Or, je crois en un vote sanction contre le président et le gouvernement.

Planet : Vous évoquez un vote sanction à Lyon. Pensez-vous que cette tendance pourrait se retrouver dans d’autres villes ?Michel Havard : Oui, bien évidemment. Il y aura un vote sanction à Lyon comme partout ailleurs dans le pays. Les Français ne sont pas contents du gouvernement et ils vont le montrer à l’occasion de ces élections. L’enjeu des grandes villes de France n’est pas seulement local, il est également national. Si Paris et Lyon basculent à droite, les commentaires qui seront ensuite faits parleront forcément de ‘vote sanction’. Les bulletins de votes comptent davantage dans les grandes villes car celles-ci ont plus de visibilité à l’échelle nationale.

Planet : Que pensez-vous de la fronde menée par Christophe Limousin, conseiller dans le 2e arrondissement ?Michel Havard : Vous savez, dans toutes les élections, il y a toujours plus de candidats que de place. J’ai beaucoup d’estime pour Christophe Limousin mais il faut ramener les choses à leur proportion : il a présenté une liste dans seulement deux des neuf arrondissements que compte Lyon. Il ne fera pas partie du match de ces élections. Ce dernier aura lieu entre Gérard Collomb et moi-même. En d’autres termes, la grande majorité des Lyonnais va décider si elle souhaite donner sa voix à l’ancien maire ou bien au nouveau qui rassemble le Centre.

Publicité
Planet : Justement, comment se passe votre alliance avec le Centre ?Michel Havard : Tout va bien. Les équipes sont complètement intégrées. Le travail se fait avec enthousiasme et dans la bonne humeur. On sent véritablement qu’il est en train de se passer quelque chose. Les retours de terrains sont d’ailleurs très bons. Outre le mécontentement des Français à l’égard de la politique gouvernementale et le renouveau que j’incarne, je pense que ma candidature les intéresse parce que je propose une vision plus équilibrée de la ville. Gérard Collomb l’a cassé en favorisant l’urbain au détriment de l’humain, et je veux rétablir cet équilibre". 

Vidéo : Michel Havard présente son programme