Au lendemain de l’attentat à Tunis, la présidente du Front National a prôné le gel de la construction des mosquées en France et appelé à ce qu’elles soient "surveillées comme le font les pays musulmans".

Deux jours après l’attentat qui a eu lieu au musée du Bardo et qui a fait 20 morts, parmi lesquels deux Français, l’émotion est encore vive.  Aussi, et à trois jours des élections départementales, la présidente du Front National a tenté de faire un lien entre ce carnage et un sujet auquel elle s’attaque régulièrement : le financement des mosquées françaises.

A lire aussi - L'attentat de Tunis aurait-il été annoncé deux jours plus tôt sur Internet ?

"On le gèle, on les surveille, et on vérifie"

Au micro de France 24 jeudi, Marine Le Pen a en effet estimé qu’il "faut s'attaquer au communautarisme, il faut retrouver la maîtrise de nos frontières, il faut arrêter l'immigration, il faut suspendre immédiatement Schengen pour surveiller qui entre, qui sort, les armes qui transitent sur nos frontières". Aussi, et pour y parvenir, préconise-t-elle de "geler la construction de toute nouvelle mosquée" en France. Une décision ferme mais qui selon la leader frontiste permettrait de "s’attaquer au développement du fondamentalisme". Elle a d’ailleurs poursuivi en appelant à la "vérification de l’origine des financements" de ces lieux de culte : "On les gèle, on les surveille, et on vérifie".

Ce n’est pas la première fois que Marine Le Pen s’attaque aux mosquées de l’Hexagone et à leur financement. Elle a en effet déjà réclamé la suppression de leur financement étranger.

Le FN "ne cherche pas la cohésion du pays"

Publicité
Une proposition qui n’a pas convaincu la majorité, au contraire. Réagissant aux propos de la présidente du FN, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré jeudi sur BFM TV : "Une fois de plus, sur ce sujet comme sur d’autres, le FN cherche les problèmes". Selon le ministre, formulant de tel souhait, la leader d’extrême droite "ne cherche pas la cohésion du pays, mais son abaissement dans les divisions, les amalgames et les mensonges".

Sur le même thème : la vidéo qui gêne Marine Le Pen