Pierre Moscovici devrait très prochainement être désigné commissaire européen. Un poste convoité par l’ancien ministre de l’Economie, lequel a déjà confié qu’il s’y préparait depuis qu’il a n’a pas été reconduit au sein du gouvernement de Manuel Valls. Découvrez l’étendue de cette possible nouvelle fonction.

Après avoir été membre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici devrait prochainement devenir membre de la Commission européenne. C’est en effet ce qu’a révélé ce jeudi une source proche de l’Elysée, précisant que cette désignation devrait avoir lieu d’ici la fin du mois de juillet. Ainsi, dans quelques semaines l’ancien ministre de l’Economie pourrait bien revêtir le costume de commissaire européen pour un mandat de 5 ans.  

A lire aussi - Pierre Moscovici : Marie-Charline Pacquot, sa (très) jeune fiancée se confie

François Hollande souhaiterait qu’il décroche un poste de vice-présidentConcrètement, Pierre Moscovici pourrait rejoindre le collège de commissaires de la Commission, lequel compte 28 membres y compris le président et les vice-présidents. Chaque commissaire représente en effet un pays de l’Union européenne. Tous travaillent ensemble à diriger la politique de la Commission et sont collectivement responsables devant le Parlement européen. Leur président, Jean-Claude Juncker, veille par ailleurs à répartir les différentes responsabilités (marché intérieur, transports, agriculture, politique régionale, commerce, etc) en fonction des domaines de compétences de différents commissaires. François Hollande souhaiterait d’ailleurs que son ancien ministre décroche un poste de vice-président en charge du volet économique. Il lui aurait d’ailleurs témoigné toute "sa confiance", comme se plaît à la rappeler Pierre Moscovici depuis son départ du gouvernement en mars dernier.

Il n’aura pas de pouvoir de décision propreAussi, celui qui était il y a quelques mois encore chargé des affaires économiques de l’Etat pourrait prochainement, et si le vœu de François Hollande venait à être exaucé, devenir commissaire aux affaires économiques et monétaires. Il serait alors responsable des affaires économiques de l’Union européenne, dont l’euro par exemple. Dans tous les cas, et peu importe le poste qu’il obtiendrait au sein de la Commission, Pierre Moscovici devrait veiller à rester en dehors de la politique française et ce, afin de conserver son indépendance. Dépourvu d’un pouvoir de décision propre, l’ex-ministre serait également consulté pour chaque proposition soumise au collège de commissaires. Ces derniers devant ensuite délibérer pas consensus. Quant au salaire, celui-ci s’élève à 112,5% du plus haut niveau de la fonction publique européenne, soit près de 20 000 euros mensuels.

Publicité
La procédure veut que tous les Etats membres désignent d’ici fin juillet leur candidat pour intégrer la Commission. Celle-ci sera ensuite investie en octobre par le Parlement. Ce qui veut dire que les commissaires n’entreront pas en fonction avec le début du mois de novembre. Pierre Moscovici a donc encore quelques semaines pour finir de se préparer.

 

 

Vidéo sur le même thème - Pierre Moscovici pressenti à Bruxelles, Jacques Maillot "scandalisé"