Le ministre de l’Interieur, Bernard Cazeneuve, et son homologue Britannique se sont retrouvés ce matin à Calais (Nord-pas-de-Calais) et ont conclu un accord sur la prise en charge des migrants de Calais.

Un accord financier, sécuritaire et "humanitaire" a été conclu entre la France et l’Angleterre. Bernard Cazeneuve et Theresa May, la ministre de l’Interieur britanique, se sont retrouvés a Calais ce jeudi pour discuter de la crise des migrants.

L’accord sécuritaire contient la mise en place d’un "centre de commandement et de contrôle commun" à Calais. L’objectif est de lutter contre les réseaux de passeurs. Le centre sera placé sous double commandement. Une dizaine de policiers britanniques devraient y travailler.

"Faciliter les retours volontaires"

Concernant l’accord financier, Londres s’engage à verser près de 10 millions d’euros. "Ça fait 35 millions en tout, c’était zéro il y a un an", explique-t-on au ministère de l’Interieur. Avec cet argent, les Britanniques souhaitent que des clotûres, de la vidéosurveillance, de la technologie de détection infrarouge et des projecteurs lumineux soient installés à Calais.

Publicité
L’accord "humanitaire" quant à lui découle de l’accord financier puisqu’une partie des 10 millions d’euros doit servir à "faciliter les retours volontaires" qui s’ajouteraient aux 1 000 départs forcés de cette année. Il devrait également permettre de financer un centre d’hébergement pour 1 000 personnes "à une distance significative de Calais".

Vidéo sur le même thème : Londres s’inquiète la situation des migrants à Calais 

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité