Lui qui roulait pour Sarkozy se dit aujourd’hui déçu, et affirme ne plus être ni de droite ni de gauche. Irrité par la crise de l’UMP, Michel Sardou le fait savoir : il en a ras-le-bol. Aurait-il changé de bord et viré à gauche ? Il multiplie en tout cas les déclarations d’exaspération.

Michel Sardou est-il devenu de gauche ? Celui qui soutenait Nicolas Sarkozy en 2007 semble en avoir ras-le-bol de la politique. Connu pour ses prises de position, le chanteur n’a pas sa langue dans sa poche, et ne se gêne pas pour dire tout haut ce qu’il pense, quitte à vexer ou scandaliser. Que ce soit à travers ses chansons ou sur les plateaux de télévision, il n’a jamais non plus caché ses opinions politiques. Mais ces derniers temps, s’il n’a pas perdu de son franc-parler, il semble qu’il ait quelque peu changé d’opinion. Michel Sardou aurait-il perdu ses convictions ? A-t-il changé même de nord ?

« Je n'y crois plus. Je suis déçu. » Le chanteur s’était déjà dit déçu par Nicolas Sarkozy en 2010. « J'y ai cru, mais je n'y crois plus. Quand on vous promet quatorze réformes et que l'on n'en fait pas une… Je suis déçu. » Les prémices d’un malaise ? Michel Sardou indique aujourd’hui ne plus vouloir se mêler de politique. Pour preuve, les dernières présidentielles. « J’ai voté blanc ! » confiait-il au Parisien il y a quelques jours. « Parce que je n’y croyais plus. Je ne marche plus aux promesses de campagne. Je n’ai plus d’enthousiasme ».

Publicité
« Qu’ils aillent se faire foutre ! »Aujourd’hui, Michel Sardou affirme ne plus avoir de camp politique. « Je ne suis ni de droite, ni de gauche, mais chanteur populaire » déclare-t-il. Et ce n’est pas la crise qui secoue l’UMP depuis plus de trois semaines qui va le réconcilier avec la droite française. « C’est n’importe quoi ! Qu’ils fassent deux groupes et qu’ils aillent se faire foutre ! » lance-t-il. Voilà qui a au moins le mérite d’être clair ! Michel Sardou aurait-il plus de sympathie pour François Hollande ? « Je n’aimerais pas être à sa place » avoue-t-il. « Aujourd’hui tu dépends d’un connard qui est à l’autre bout du monde, qui fait faillite et d’un seul coup 5000 mecs en Provence sont au chômedu. Je n’aime pas cette mondialisation. Et le président ne peut pas y faire grand chose » estime le chanteur. Dans ce cas, c’est sûr, mieux vaut se concentrer sur la chanson !

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité