L’Express révèle cette semaine que Ségolène Royal est allée à l’encontre des consignes données par Manuel Royal au moment de la sortie du livre de Valérie Trierweiler.

La sortie du livre de Valérie Trierweiler a provoqué un véritable tollé à la rentrée 2014. A tel point que Manuel Valls, soucieux de ne pas faire davantage de vagues, avait donné des consignes claires à son équipe. Et alors que la ministre de l’Ecologie est également l’ex-compagne du président François Hollande et la mère de ses quatre enfants, le chef du gouvernement lui avait formellement interdit de parler de ce brûlot en public, rapporte L’Express cette semaine dans un article repéré par Closer.

A lire aussi - Macho, méprisant… : découvrez le portrait que Trierweiler peint de Hollande dans son livre

Publicité
"J’ai épluché beaucoup de pommes de terre"Mais la tentation de rétablir la vérité sur celui avec qui elle a vécu près de trente ans a semble-t-il été plus forte. Souvenez-vous, au moment de la sortie de livre de Valérie Trierweiler, Ségolène Royal avait réagi à la polémique des "sans-dents". "C’est n’importe quoi", s’était-elle emportée face à Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV. Quelques jours plus tard sur France 2, Ségolène Royal rebondissait sur un autre passage de Merci pour ce moment consacré cette fois-ci à François Hollande et son amour des frites. "Oui beaucoup", a-t-elle répondu à Laurent Ruquier qui lui demandait si cette anecdote était vraie. Et celle-ci d’enfreindre une fois encore les consignes de Manuel Valls en précisant avec humour : "J’ai épluché beaucoup de pommes de terre".

"Empêcher Royal de parler ? C’est mal la connaître", commente de son côté L’Express.

 Vidéo sur le même thème - L'interview de Valérie Trierweiler à la BBC