Vidéos à la une
Édouard Philippe en a "ras la couenne". Interrogé ce mercredi 12 novembre dans l'émission Politique matin sur LCP à propos de l'affaire Jouyet, le député UMP de Seine-Maritime assure qu'il s'agit d'une "histoire de cornecul". "Trois personnes déjeunent ensemble, ils ont droit de déjeuner ensemble (...). S'ils avaient voulu comploter des choses ils ne l'auraient pas fait dans un lieu public." juge Édouard Philippe, soutien d'Alain Juppé : "Que François Fillon, ancien Premier ministre, demande au secrétaire général de l'Élysée une intervention dans une affaire judiciaire, c'est n'importe quoi", a-t-il assuré. Ce matin l'essayiste Daniel Soulez Larivière a publié une tribune sur le site du Huffington Postqui reprend exactement le même nom pour évoquer cette affaire. Il rappelle que le mot "cornecul" a été inventé par Rabelais. "(Il s'agit) d'une histoire qui prend toute la place, excite les passions et les questions de manière aberrante, tout autant que l'idée que des cornes pourraient pousser au cul (sic)", écrit-il. >> Revoir en intégralité l'émission Politique matin du 12 novembre Maxence Kagni
Vidéos à la une
"Parler de la présidentielle aujourd'hui, c'est prématuré." Barbara Pompili était l'invitée ce mercredi 12 novembre de Politique matin, sur LCP. La coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale a réagi aux déclarations de Cécile Duflot, qui a assuré dans une interview vidéo pour la Revue Charles qu'elle pensait "avoir les épaules" pour la présidentielle de 2017. "C'est la plaie de la Ve République, on ne pense que par et pour la présidentielle au détriment du fond, comme d'habitude", a critiqué Barbara Pompili. "Je pense que même (Cécile Duflot) pense que la priorité n'est pas celle-là", a-t-elle conclu. >> Revoir l'intégralité de l'émission Politique matin du 12 novembre Maxence Kagni
Vidéos à la une
Mathématiques. Invité sur le plateau de Politique Matin, le secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État, Thierry Mandon a qualifié le président du Medef, Pierre Gattaz, de " roi de l'équation ". En effet, pour Thierry Mandon, le président du Medef est trés fort pour proposer "les réformes qu'il faudrait faire" : "Vous supprimez les 35 heures, ça crée 200 000 emplois, vous supprimez deux jours fériés, ça crée 100 000 emplois". Mais lorsqu'il s'agit de créer des emplois dans le cadre du pacte de responsabilité, pour le secrétaire d'État, Pierre Gattaz fait mine de ne pas savoir comment faire : "Quand on lui dit 'Et quarante milliards, c'est quoi votre équation, Monsieur Gattaz ?' alors là il dit 'Les emplois ? non mais ça ne marche pas comme ça l'économie' donc il pourrait prendre des engagements sur les emplois".
Vidéos à la une
Ce jeudi 6 février, Gérald Darmanin, député UMP du Nord, débattait dans "politique matin" avec son homologue socialiste Yann Galut, député du Cher. Même si le débat est resté calme,...
Vidéos à la une
Invitée de Politique Matin mardi, Najat Vallaud-Belkacem a balayé tous les sujets d’actualité. D’abord, le déplacement de François Hollande et Nicolas Sarkozy aux obsèques de Mandela, dans...
Publicité